Le gouvernement sénégalais travaille à la mise en œuvre des cadres de concertation en vue d’une approche globale des programmes de l’Agence de la reforestation et de la grande muraille verte (ASERGMV), a indiqué mardi le ministre sénégalais de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, cité par l’Agence de presse sénégalaise (APS).

M. Sall co-présidait ce mardi avec le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires, Oumar Guèye, un atelier de réflexion sur la mise en œuvre des cadres de concertations de la grande muraille verte.

Il a annoncé une matrice d’actions prioritaires triennale de l’ASERGMV pour la période 2021-2023, sur instruction du chef de l’Etat sénégalais Macky Sall.

Cette matrice, qui est un outil de mise en cohérence et de visibilité de l’action de l’ASERGMV, a été conçue autour d’une vision et d’objectifs stratégiques, a-t-il fait observer.

Elle vise à “accompagner la mise en œuvre des axes d’actions contenus dans le document de programmation des dépenses du ministère de l’Environnement et du Développement durable articulés au Plan Sénégal Emergent vert et aux objectifs du plan décennal prioritaire de l’Agence continentale”, a indiqué le ministre Sall.

“Nous allons vers une nouvelle approche concernant la mise en œuvre et la gestion de ce tracé de la grande muraille, un projet régional traversant trois régions (Louga, Matam et Tambacounda)”, a-t-il précisé.

Les maires des 16 communes concernées par le tracé ont permis de faire l’état des lieux des réalisations de cette initiative panafricaine au Sénégal et de formuler un certain nombre de recommandations pour la décennie 2021-2030.

À LIRE  un sommet contre le trafic de faux médicaments en Afrique

Parmi les objectifs stratégiques identifiés pour les trois prochaines années, le ministre a cité l’amélioration du taux de reforestation, l’accroissement de la résilience des écosystèmes et des communautés face aux changements climatiques.

Il s’agit aussi de promouvoir les emplois verts et les moyens d’existence durable et de mobiliser les parties prenantes, assurer la gestion et le suivi-évaluation des programmes.

La Grande muraille verte a été lancée en 2007 sous l’égide de l’Union africaine et de l’Agence panafricaine de la Grande muraille verte. Elle vise à stopper la désertification et la dégradation des terres dans la zone sahélienne et à améliorer les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles et des éleveurs de la région.

La première étape de la mise en place de la Grande muraille verte a pour objectif la plantation d’une bande forestière de 7.000 km de long et 15 km de large qui traverserait le continent africain du Sénégal à Djibouti, le long de la limite sud du désert du Sahara, selon des observateurs locaux.