L’ouverture du consulat général du Sénégal à Dakhla, ville située dans le sud du Maroc, confirme le soutien du Sénégal à la ‘’marocanité’’ du Sahara Occidental, qui revendique son indépendance vis-à-vis de Rabat depuis plusieurs décennies.

‘’L’ouverture de ce consulat confirme que le Sénégal soutient la ’marocanité’ du Sahara Occidental, que le Sahara Occidental appartient au Maroc’’, a déclaré M. Sène.

Le service consulaire sénégalais de Dakhla a été ouvert lundi en présence de la ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, et de son homologue marocain, Nasser Bourita.

Le Sahara Occidental a été proclamé république indépendante en 1976 par le Front Polisario, tandis que le Maroc considère qu’il fait partie de son territoire.

Dakhla, principale ville de la zone, se trouve à quelque 2.000 kilomètres de Casablanca, où il y avait jusque-là le consulat sénégalais le plus proche de la partie méridionale du royaume.

Entre 2.000 et 3.000 Sénégalais vivent actuellement dans cette ville, selon Pierre André Sène, représentant à Dakhla, depuis dix ans, du consul général du Sénégal à Casablanca.

Ses compatriotes établis dans la zone travaillent dans le secteur informel, a-t-il indiqué, ajoutant que certains d’entre eux sont employés dans les industries locales, celle de l’hôtellerie notamment.

‘’C’est une ville du futur. Beaucoup d’investissements ont été faits ici par les autorités marocaines. C’est une ville de transit’’, a expliqué Pierre André Sène, parlant de cette localité située près de la frontière terrestre maroco-mauritanienne.

Le nouveau consulat permettra aux Sénégalais de se faire délivrer des papiers administratifs (passeports, pièces d’état civil, carte honoraire, etc.) sans devoir aller à Casablanca ou Rabat, la capitale du royaume, a précisé M. Sène.

À LIRE  Covid-19 : Vers l’assouplissement du couvre-feu et de l’État d’urgence

Le service consulaire permettra aussi aux autorités du Sénégal de bien connaître et cartographier la présence de leurs compatriotes vivant dans le sud du royaume chérifien, a-t-il dit.

‘’Beaucoup de Sénégalais vivant au Maroc ont tendance à se replier vers le sud du pays. Ils y arrivent à cause des problèmes économiques et de la migration irrégulière. La vie est moins chère à Dakhla que dans les provinces du nord du Maroc. Les Sénégalais préfèrent rester ici’’, a expliqué à l’APS Cheikh Sidy Lamine Diakhaté, le président de l’Association des immigrés sénégalais des provinces du sud du Maroc.

Dans les trois régions méridionales du royaume, Dakhla, Laâyoune et Guelmim, vivent quelque 12.000 Sénégalais, selon M. Diakhaté.

‘’C’est une région culturellement proche de la Mauritanie, et donc du Sénégal. Les conditions de vie y sont propices’’, a-t-il souligné, ajoutant que le sud marocain accueille des migrants sénégalais, dont le tiers environ est constitué de sans-papiers venant quelquefois de l’Algérie voisine.

‘’Ces migrants travaillent dans les usines de pêche et les grands ports. Ils contribuent au développement économique du Maroc. C’est pourquoi les autorités locales tiennent à leur intégration au sein de la société marocaine’’, a indiqué Cheikh Sidy Lamine Diakhaté.

La ville de Dakhla accueille d’importants investissements publics depuis 2016-2017, selon lui.