Les producteurs d’oignon de Potou (35km de Louga), confrontés à une surabondance de leur production, ont invité, lundi, l’Etat du Sénégal à intervenir afin de limiter la quantité d’oignons sortant des centres de stockage afin d’éviter une saturation du marché.

‘’La production d’oignon de cette année est bonne, mais les producteurs ont du mal à vendre leurs récoltes. Le prix de 150 francs CFA fixé pour le kilogramme d’oignon ne les arrange pas. Et s’il est maintenu, ils ne pourront pas à éponger leurs dettes’’, a averti le président national de l’interprofession oignon, Mamadou Ba, lors d’une conférence de presse.

‘’Nous demandons à l’Etat du Sénégal d’intervenir afin de réguler cette situation et de faire en sorte que tout le monde y trouve son compte aussi bien le consommateur que le producteur et le commerçant’’, a-t-il renchéri.

Il estime qu’’’il ne sert à rien de faire de bonnes récoltes, si elles ne sont pas commercialisées’’. Pour cette raison, il pense que ‘’l’Etat doit réorganiser la commercialisions de la filière oignon, en fermant tous les centres de stockage le temps d’écouler l’oignon sur le marché’’.

Depuis le démarrage de la campagne de commercialisation, les producteurs de Potou ont mis 50.000 tonnes sur le marché.

‘’C’est une quantité énorme. Si la même quantité est obtenue dans le Fouta et dans les autres zones de production, le marché risque d’être saturé’’, a prévenu Assane Sow, gérant du centre de stockage de Potou.

Il avertit que cette situation risque de tirer davantage le prix de l’oignon vers la baisse. ‘’Tant que nous donnons aux populations plus que ce qu’elles demandent, le prix de l’oignon va continuer à chuter. Actuellement, il est vendu entre 125 et 150F CFA alors qu’il y a quelques jours, il était à plus de 200 francs CFA’’, a-t-il regretté.

À LIRE  Le Président Macky Sall dans les vraies bonnes querelles

Selon lui, ce sont entre 50 et 60 camions chargés d’oignons qui quittent la plateforme de Potou tous les jours, pour rallier les autres villes du Sénégal.

‘’ Et c’est la même chose qui se passe ailleurs. Il est urgent que le l’Etat du Sénégal réorganise la commercialisation pour limiter la quantité d’oignon qui quitte les centres de stockage afin de ne mettre sur le marché que la quantité dont les consommateurs ont besoin’’, a-t-il préconisé.

‘’Si des mesures ne sont pas prises pour harmoniser et organiser les choses, nous allons vers de grandes difficultés’’, a-t-il averti, soulignant que la commune de Potou attend près de 150.000 tonnes d’oignon cette année.

Il a rappelé la présence de riches producteurs qui, selon lui, ne respectent pas les mesures édictées. ‘’Cette situation nous porte préjudice et nous demandons à l’Etat du Sénégal d’intervenir afin de réguler et réorganiser la commercialisation’’, a-t-il dit.

‘’Cette année, nous faisons face à une surproduction d’oignons. Et tous les producteurs d’oignons écoulent leurs récoltes au Sénégal. Ce qui fait que nous nous retrouvons avec une surabondance d’oignon dans les marchés et cela pose problème aux producteurs’’, a expliqué la présidente de l’Association des femmes productrices de la commune de Léona, Marie Sow.

Selon elle, le seul moyen de venir en aide aux producteurs est de les aider à commercialiser leurs productions sur les marchés de la sous-région.