L’embellie de la production industrielle du Sénégal, entamée depuis le mois de septembre 2020, s’est poursuivie au terme du mois de janvier 2021, selon les données établies par l’Agence Nationale de la Statistique et de la démographie (ANSD).

Ces données renseignent en effet que cette production s’est rehaussée de 9,2% par rapport à son niveau du même mois de 2020. Toutefois, elle est encore très en-deçà de sa performance des mois d’octobre et de novembre 2020 avec des progressions record, se situant respectivement de 14% et 16,1%. Les mois de décembre 2020 (+7,7%) et septembre 2020 (+5,1) sont les périodes où la production industrielle du Sénégal est moins performante, mais sont de loin meilleurs que le mois d’août marqué par une baisse de 6,3%.

Selon l’ANSD, l’évolution du mois de janvier est attribuable à « la performance notée dans les industries extractives, manufacturières, et de production d’eau et d’électricité ».

La production manufacturière s’est ainsi rehaussée de 6,8% relativement à celle du même mois de 2020 du fait principalement de l’augmentation de la production du raffinage et de la cokéfaction , du relèvement de la production chimique, pharmaceutique, du travail du caoutchouc et du plastique ainsi que de celle des textiles et articles d’habillement .

Toutefois, cette croissance de la production manufacturière a été limitée par la contreperformance notée dans la fabrication de produits agro-alimentaires, de produits électroniques et informatiques, équipements électriques, machines et équipements.

Concernant le redressement de l’activité de raffinage et de cokéfaction, il est en lien avec la hausse de la production de gasoil. Au même moment, l’augmentation de la production chimique, pharmaceutique, du travail du caoutchouc et du plastique est attribuable à la performance notée dans l’activité de fabrication de produits chimiques notamment les savons de ménage, l’engrais et l’acide phosphorique.

À LIRE  REVENUS MINIERS : LA RÉGION DE THIÈS A GÉNÉRÉ 63,3 MILLIARDS DE FRANCS CFA EN 2019

Par contre, la diminution de la production agro-alimentaire est liée à la chute de l’activité de fabrication des produits alimentaires (-14,4%). Quant à la dégradation de la production électroniques et informatiques, équipements électriques, machines et équipements, l’ANSD souligne qu’elle est essentiellement induite par la baisse de la production de split sur la période sous revue.

En référence à celle du mois correspondant de 2020, l’activité de production des industries extractives est ressortie en hausse de 23,2% en janvier 2021. Cette performance est expliquée par le redressement de l’activité d’extraction d’or et d’attapulgite. A l’opposée, l’activité d’extraction de zircon et de sel s’est réduite sur la période.

Par rapport à janvier 2020, la production d’électricité, gaz et eau s’est renforcée de 9,8% en relation avec la hausse simultanée de l’activité de captage et de distribution d’eau (+12,5%) et d’électricité (+1,9%).

Concernant l’activité de production des industries environnementales, une régression de 4,9% est relevée comparativement à janvier 2020. Cette évolution est en relation avec la contreperformance de l’activité de collecte de boues et eaux usées sur la période sous revue.

Dans la même mouvance, l’activité d’égrenage de coton s’est beaucoup détériorée avec – 74,7%.