La mendicité des enfants génère plus de 5 milliards F Cfa par an, d’après une étude faites par des chercheurs sénégalais.

Les chercheurs Mouhamadou Kane et Mamadou Abdoul Wane ont produit un rapport sur la question de la mendicité au Sénégal. Ils se sont rendus en Guinée Bissau d’où proviennent les enfants talibés qui vadrouillent dans les rues du Sénégal. Il est intitulé « Forcé de mendier Traite d’enfants de la Guinée-Bissau au Sénégal ».

Ledit rapport révèle que des marabouts ont formé un groupe d’entreprises spécialisées, certains réinvestissent dans l’immobilier, 7.600 enfants concernés par la mendicité en 2007.

Les recherches sur le terrain au Sénégal dans les villes de Dakar, Saint-Louis, Thiès, Mbour et Kolda ont montré que les quatre premiers sont la principale destination des enfants convoyés depuis la Guinée-Bissau. Kolda est la principale zone de transit.

Des marabouts acteurs immobiliers et investisseurs
La traite des enfants produit du capital illicite, qui est ensuite blanchi dans l’économie légale. La recherche sur le terrain d’ENACT a révélé que certains trafiquants marabouts, en particulier ceux qui opèrent à Dakar et à Saint-Louis, réinvestissent l’argent sale dans l’immobilier, en construisant des maisons à louer. Ils posséderaient également des taxis urbains, appelés clando au Sénégal.

L’étude de terrain a révélé que plus de 50 marabouts de Guinée-Bissau ont formé un groupe d’entreprises spécialisées dans l’importation de charbon de bois de leur pays d’origine, en utilisant l’argent collecté auprès de leurs enfants mendiants.

Une étude réalisée en 2007 par l’Organisation internationale du travail (OIT) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, a constaté que le phénomène touchait environ 7.600 enfants dans la région de Dakar, dont 90% étaient des enfants mendiants. Alors que la plupart étaient des locaux, 30% venaient de Guinée-Bissau. L’étude a révélé que les enfants étaient obligés de mendier pendant environ six heures par jour et que les revenus générés en moyenne 300 CFA par jour, étaient donnés au maître coranique.

De nombreux enseignants coraniques et intermédiaires s’attaquent aux familles vulnérables en Guinée-Bissau. Offrant un enseignement religieux au Sénégal, ils profitent de l’ignorance des familles sur le sort qui attend leurs enfants une fois qu’ils sont livrés. Cette activité criminelle permet aux enseignants, qui collectent l’argent donné aux enfants à titre d’aumône, de disposer d’une grande quantité de capitaux illicites qu’ils injectent en toute impunité dans des secteurs importants de l’économie comme l’immobilier, le commerce et les transports.

À LIRE  Le Sénégal réélu pour un mandat de 3 ans au conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’ignorance des parents sur le sort nuisible de leurs enfants forcés à mendierLa pauvreté profonde, la ferveur religieuse et l’ambition pour leurs enfants poussent de nombreux parents ruraux en Guinée-Bissau à les confier à des maîtres coraniques, ou marabouts, basés au Sénégal. Une fois victimes de la traite au Sénégal, les enfants n’apprennent pas le Coran, comme promis.

Au lieu de cela, ils sont obligés de mendier l’aumône et de remettre les recettes aux marabouts. Bien que les responsables au Sénégal et en Guinée-Bissau déplorent le système, une combinaison de respect et de peur du pouvoir des marabouts empêche toute action. Il appartient aux organisations non gouvernementales de secourir les enfants et de les ramener dans leurs familles.

La mendicité des enfants génère plus de 8 millions de dollars par an pour les enseignants coraniques au Sénégal
L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) estime que la mendicité des enfants génère plus de 8 millions de dollars par an pour les enseignants coraniques au Sénégal, tandis que Human Rights Watch estime qu’il y a 100.000 enfants mendiants – également appelés talibés – dans le pays. La plupart des enfants mendiants seraient des locaux, mais la dernière décennie a été témoin d’une présence croissante d’enfants mendiants de la sous-région, en particulier de la Guinée-Bissau.

En raison du coût de la vie élevé dans les zones urbaines, beaucoup ont commencé à demander à leurs talibés de mendier pour leur propre survie. Lorsque les marabouts ont réalisé le potentiel de la mendicité des enfants, ils ont commencé à demander non seulement de la nourriture, mais aussi de l’argent à leurs talibés. La rentabilité de la mendicité a, selon Human Rights Watch, incité de nombreux marabouts sans scrupules à s’engager dans cette pratique, s’installer au Sénégal avec leurs talibés et rentrer chez eux uniquement pour recruter de nouveaux enfants sous prétexte d’éducation religieuse.

La pauvreté facteur déterminant en Guinée Bissau et le village de Douma s’est vu vider de ses enfants
Le rapport souligne que la pauvreté est un facteur déterminant qui pousse les parents à laisser leurs enfants entre les mains de ces maitres coraniques ou passeurs. 85% de la population dépend de l’agriculture, la rareté des pluies ces dernières décennies et la volatilité des prix de la noix de cajou ont exacerbé la vulnérabilité de nombreuses familles, en particulier dans les régions de Gabú et de Bafatá. Se retrouvant sans revenus, les familles confient leurs enfants à des marabouts.

À LIRE  Covid-19: 145 nouveaux cas, LE SÉNÉGAL FRANCHIT LA BARRE DES 10.000 CAS ET DES 200 DÉCÈS

À Douma, un village de la région de Gabú où il n’y a pas de services sociaux de base, tous les enfants auraient été envoyés au Sénégal et mendieraient pour aider leurs parents à rentrer chez eux. Selon un expert de la protection de l’enfance en Guinée-Bissau, il existe des centaines de villages en Guinée-Bissau similaires à Douma. Ces populations ne ressentent pas la présence de l’État.

De nombreux parents chérissent le rêve de leurs enfants maîtrisant le Coran et s’attendent à ce qu’ils reviennent avec des valeurs telles que l’humilité, l’endurance et l’esprit de partage – et avec un nouveau statut social. Ils n’appellent jamais pour s’enquérir des conditions de vie de leurs enfants au Sénégal. Abdulaye, un garçon de 12 ans du centre d’accueil Ginddi à Dakar, a déclaré: «Je n’ai jamais su que je mendierais au Sénégal. Mon père ne sait pas que je mendie actuellement. Le châtiment corporel pour tout talibé qui n’atteint pas le quota de 300f/jour
Les enfants qui n’atteignent pas le quota sont sévèrement battus. Certains passent la nuit dans la rue s’ils n’ont pas d’argent, ou trouvent refuge dans un centre d’accueil pour enfants vulnérables. Au lieu de cela, il est utilisé par le marabout qui achète de la bonne nourriture sur les marchés pour nourrir sa famille. Lamine, un enfant de 13 ans victime de la traite mendiant à Kolda, a déclaré : «Notre professeur coranique utilise l’argent que nous lui donnons pour préparer le déjeuner avec sa femme.

Ils ne nous invitent jamais à manger avec eux. Le seul moment où nous mangeons leur nourriture, c’est quand il reste ou quand nous mangeons la croûte. Et leur éducation est inexistante. Non seulement on ne leur enseigne pas les connaissances religieuses.

Les talibés vivent soit dans des maisons en construction, soit dans des maisons délabrées et abandonnées. Ils sont entassés dans des pièces exiguës où ils dorment en grand nombre. Selon Human Rights Watch, de 2017 à 2018, au moins quatre incendies se sont déclarés dans des daaras au Sénégal. En 2013, un daara situé dans le quartier populaire de la Médina à Dakar a pris feu et neuf enfants résidant dans ce daara sont morts. Trois d’entre eux seraient originaires de Douma…

Source: Dakar soir