Le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (SAMES) a décidé de décréter une grève de quarante-huit heures, lundi et mardi prochains, en vue de l’obtention d’une ‘’charte pour le respect de l’inviolabilité de l’intégrité physique, morale et matérielle et de la neutralité des agents de santé’’.

‘’Cette grève concerne les activités de soins et d’administration y compris celles en mode virtuel. Les médecins ne délivreront ni certificat médical, ni certificat de genre de mort, ni tout autre document médico-légal. Pour les examens de laboratoires et les médicaments seuls ceux en rapport avec les urgences seront dispensés. Cette semaine, la grève ne concerne pas les urgences, la prise en charge des malades de la Covid-19 et les activités de vaccination à la Covid-19’’

Le SAMES dit avoir constaté des ‘’violences physiques et verbales de la part d’une partie de la population depuis le début de la lutte contre le Covid-19’’. Il souligne que ces violences ont ‘’connu’’ leur ‘’apogée cette semaine, avec l’attaque de structures de santé publique, des cabinets, de pharmacies, d’ambulances, de véhicules de supervision, d’agents de santé jusque dans leur domicile’’.

‘’La grève ne concerne pas les urgences, la prise en charge des malades de Covid-19 et les activités de vaccination contre le Covid-19’’ vont se poursuivre, affirme le syndicat.

A cet égard, le SAMES réclame ‘’la prise, par les autorités étatiques, de mesures concrètes qui garantissent la sécurité des agents de santé’’. Il estime que ‘’le Sénégal se distingue singulièrement dans le mauvais sens en s’attaquant aux agents de santé alors qu’ailleurs, ces derniers sont portés au pinacle’’.

À LIRE  L’EUROPE FERME SES FRONTIÈRES

En raison de cette situation, le syndicat annonce qu’il a décidé de mener une campagne de communication dénommée ‘’Touche pas à mon docteur’’.

‘’La vaccination immédiate de la totalité des étudiants de la faculté de médecine et des médecins en spécialisation’’ fait également partie des revendications du SAMES, indique le communiqué.