Le gouvernement sénégalais a appelé vendredi soir aux populations et à toutes les forces vives de la nation au calme, à la sérénité et à l’apaisement, après trois jours de manifestations émaillées de violences à Dakar et dans les régions.

Dans une déclaration à la presse, le ministre sénégalais de l’Intérieur, Antoine Félix Diome, a affirmé que le gouvernement était en train de mettre en oeuvre pour assurer le maintien de l’ordre public, la protection des personnes et des biens et la préservation des institutions.

Des manifestations émaillées de violences se sont multipliées ce vendredi à Dakar et dans plusieurs localités du Sénégal entre les forces de l’ordre et des jeunes demandant la libération du député de l’opposition Ousmane Sonko.

Depuis l’arrestation du leader de PASTEF mercredi, des manifestations ont eu lieu. Des infrastructures, des véhicules et des stations d’essence ont été brûlés et saccagés.

Le ministre sénégalais de l’Intérieur a regretté et condamné “ces actes à nature terroristes, les voies de fait, les saccages, les pillages et dégradations de bâtiments publics et privés”.

Selon lui, ces actes relèvent “du grand banditisme et de l’insurrection organisée” et constituent une violation manifeste de l’Etat de catastrophe sanitaire.

Pour M. Diome, le gouvernement sénégalais tient à rappeler au respect strict des principes de l’Etat de droit, de l’intégrité physique des personnes et de leurs biens.

“Toutes les personnes, auteurs d’actes criminels seront recherchées, poursuivies et traduites devant la justice”, a-t-il averti en regrettant quatre pertes humaines.

À LIRE  deux centrales solaires mises en service au SÉNÉGAL