L’Agence UMOA-Titres annonce avoir décidé de lancer, avec la collaboration de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), des obligations de relance (ODR 2021), un ensemble de nouveaux instruments de financement, d’un montant de 3.768 milliards de francs CFA.

‘’S’appuyant sur le guichet de la relance mis en place par la BCEAO pour accompagner les Etats de la zone, ces instruments sont structurés par l’agence UMOA-Titres dans le but de permettre aux Etats membres de l’UMOA de financer leurs plans de relance économique massifs, à la suite de la pandémie’’ de Covid-19, explique-t-elle dans un communiqué.

Rappelant son ambition de ‘’relever les importants challenges du marché des titres publics pour un développement économique accru de la zone UEMOA’’, elle souligne qu’elle ‘’entend encore cette année être aux côtés des Etats de la zone, dans les nombreux défis à relever compte tenu des besoins de relance de l’activité économique affectée par la pandémie tout au long de l’année 2020’’.

Les ODR 2021 sont des obligations assimilables du Trésor – avec des maturités de trois ans, cinq ans, sept ans, dix ans, douze ans, voire plus – émises en 2021, par voie d’adjudication ouverte avec le concours de UMOA-Titres. Ces titres sont dématérialisés, tenus en compte courant dans les livres de la BCEAO et bénéficient d’avantages spécifiques pour les investisseurs, mais également pour les émetteurs souverains.

‘’Tout au long de l’année 2021, les Etats de la zone pourront émettre pour un montant de 3.768 milliards d’ODR 2021 éligibles au refinancement auprès de la BCEAO, au niveau de ses guichets classiques, mais également auprès d’un guichet spécial dit de la relance.’’

À LIRE  covid-19: LES GRANDS MARCHÉS DE BROUSSE FERMENT

Dans ce guichet, explique le communiqué, ‘’les investisseurs pourront mobiliser de la liquidité au taux minimum de soumission aux guichets de la BCEAO (actuellement 2 %) pour une durée de six mois renouvelables tant que les ODR 2021 sont en vie’’.

En contrepartie des avantages ci-dessus attribués aux ODR, les investisseurs participant aux opérations d’adjudication sur les maturités de trois ans et cinq ans s’astreignent à soumissionner des prix supérieurs à un prix minimum (prix plancher) garantissant aux émetteurs un taux maximum de sortie de ces opérations.

Ces opérations organisées par UMOA-Titres à partir du 15 février s’effectueront à l’aide de l’application Sagetil-UMOA, garantissant ainsi une exécution rapide des adjudications dans des conditions de transparence et de comparaison identiques aux standards internationaux, selon la même source.

Le lancement de ces nouveaux instruments vient après la réussite du programme des bons social Covid-19 en 2020.

Avec APS-