L’OMC a officialement désignée la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala comme directrice générale. Celle qui a a travaillé plus de 25 ans à la Banque mondiale devient la première femme à diriger l’institution.

Outre le fait que la nouvelle présidente était seule candidate, cette nomination revêt un ‎caractère particulier puisqu’il s’agit de la première femme et première Africaine à diriger ‎l’OMC. En effet, depuis sa création en 1995, l’OMC a été dirigée par six hommes : trois ‎Européens, un Néo-zélandais, un Thaïlandais et un Brésilien.‎

Economiste chevronnée, Ngozi Okonjo-Iweala nommée à la tête de l’institution, lundi ‎‎15 février, est une des femmes les plus puissantes du Nigeria. Deux fois ministre des finances ‎et chef de la diplomatie du pays durant deux mois, Okonjo-Iweala a commencé sa carrière à la ‎Banque mondiale en 1982, où elle a travaillé pendant vingt-cinq ans. En 2012, elle avait ‎échoué à devenir la présidente de cette institution financière, face à l’Américano-Coréen Jim ‎Yong Kim.‎

En juillet 2020, Okonjo-Iweala avait été nommée envoyée spéciale de l’Union africaine dans ‎la lutte contre la pandémie sur le continent. Sa mission : mobiliser des soutiens à l’international ‎pour enrayer la crise économique mondiale qui touche de plein fouet les pays africains.‎

À LIRE  Adoption d’une série de décrets relatifs aux activités pétrolières et gazières