Une cinquantaine de jeunes de la commune de Joal-Fadiouth (ouest) seront formés aux métiers de la protection de l’environnement, à la plongée sous-marine et à la biologie maritime, a promis mardi la ministre du Pétrole et des Energies, Sophie Gladima.

Les bénéficiaires de cette formation, des « volontaires de l’environnement », vont ensuite trouver des emplois autour des zones humides et des sociétés pétrolières opérant dans la zone, a-t-elle dit en présidant une cérémonie marquant la célébration de la Journée mondiale des zones humides, sur le thème : « L’eau, la biodiversité et la vie ».

« Nous avons la chance d’avoir découvert du pétrole et du gaz dans la zone. Nous pensons qu’il est important que des pêcheurs et des agriculteurs de Joal-Fadiouth soient formés à la plongée sous-marine et à la protection de l’environnement », a affirmé Sophie Gladima.

Selon elle, le ministère de la Jeunesse va signer un partenariat avec les sociétés pétrolières pour faciliter l’accès à l’emploi des jeunes bénéficiaires de la formation.

« Les zones humides sont très polluées. Le président de la République veut un ’Sénégal zéro déchet’, sur le continent comme sur le littoral. Puisque notre littoral et sa mangrove sont menacés, nous allons former une cohorte de 50 jeunes, qui vont former 50 autres jeunes », a promis la ministre du Pétrole et des Energies.

Les jeunes vont s’employer, après leur formation, à nettoyer le littoral et l’aire marine protégée (AMP) de Joal-Fadiouth. Ils seront chargés de trier les déchets, de récupérer le plastique et de le mettre à la disposition des usines, selon Mme Gladima.

À LIRE  grippe aviaire: La Gambie ferme ses frontières aux poulets du Sénégal

Le commandant Mapathé Djiba, conservateur de l’AMP de Joal-Fadiouth, s’est réjoui des activités menées pour la célébration de la Journée mondiale des zones humides, du ramassage des déchets plastiques qui se trouvaient sur la plage de la ville.

« A Joal-Fadiouth, l’écosystème est très fragile », a-t-il souligné, faisant remarquer que les déchets plastiques sont nuisibles pour les tortues marines qui peuplent l’AMP.
La formation qui sera offerte aux jeunes leur permettra de contribuer à la protection de l’environnement, selon Mapathé Djiba.