Les gouvernements africains doivent prendre en urgence des mesures pour être prêts à fournir aux populations les vaccins contre le Covid-19, a appelé le Centre de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

La directrice pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr Matshidiso Moeti s’est dite de son côté “préoccupée” par la découverte de plusieurs variantes du virus sur le continent lors d’un point presse virtuel qui se tenait également jeudi matin. “Découvrir de nouvelles variantes n’est pas surprenant”, a-t-elle rappelé, “mais certains de ces changements peuvent être préoccupants”.

L’UA a annoncé mercredi avoir obtenu 270 millions de vaccins anti-Covid pour le continent, dont la plupart des pays n’ont pas les moyens de financer l’immunisation de leur population.

“Nous ne pouvons pas attendre. Il ne s’agit pas d’une vaccination contre la polio ou la rougeole. Nous devons le faire rapidement. Nos économies souffrent, nos populations meurent”, a déclaré jeudi lors d’une conférence de presse John Nkengasong, directeur de l’Africa CDC.

60% d’Africains vaccinés contre le Covid-19 en 2021 et 2022

“Il n’y a absolument aucune raison pour que des préparatifs accélérés n’aient pas lieu”, a-t-il ajouté. L’Africa CDC a fixé un objectif de 60% d’Africains vaccinés contre le Covid-19 en 2021 et 2022.

Nkengasong a affirmé que les Etats devaient agir rapidement pour organiser les sites de stockage dans les grandes villes, former les personnels de santé, sécuriser l’approvisionnement de matériel comme les aiguilles, et créer des systèmes efficaces de suivi des vaccinations effectuées.

Il a précisé que les gouvernements seraient dans les prochains jours en mesure de commencer à passer commande via une plateforme de l’UA. Selon cette dernière, au moins 50 millions de doses seront disponibles entre avril et juin.

À LIRE  COVID-19 : "AND JEGGO" APPORTE UNE CONTRIBUTION D’UN MILLION DE FRANCS CFA

Les vaccins de l’UA – fournis par Pfizer-BioNTech, AstraZeneca et Johnson & Johnson – viendront en complément de ceux sécurisés via Covax, une initiative de l’OMS et de partenaires privés, qui vise un accès équitable aux vaccins.

Nouveaux variants du virus découverts en Afrique du Sud et au Nigeria

Des études récentes ont révélé que la variante du virus présente en Afrique du Sud, la 501Y.V2, est plus transmissible et a été retrouvée pour l’instant dans trois autres pays du continent, le Botswana, la Gambie et la Zambie. “Mais sincèrement, nous pensons qu’il y a de fortes chances qu’elle soit présente dans d’autres pays aussi”, souligne Dr Moeti.

Un réseau de douze laboratoires africains travaillent ensemble et ont actuellement séquencé 5.000 échantillons du virus, une opération essentielle pour détecter de potentielles nouvelles souches, leur dangerosité, leur niveau de propagation et de pénétration.

“Nous avons besoin de davantage de séquençage, nous devons connaître notre épidémie pour pouvoir la combattre”, a souligné la professeure Francisca Mutapi.

Une autre variante a été découverte au Nigeria, mais des recherches sont toujours en cours pour déterminer si “elle peut être associée à de quelconques changements sur la circulation de l’épidémie ou sur sa mortalité”, a précisé le Dr Chikwe Ihekweazu, directeur du Centre national pour les maladies infectieuses.