Les autorités sénégalaises ont exprimé jeudi leur satisfaction quant à la première nuit de couvre-feu dans les régions de Dakar et de Thiès pour faire face à la recrudescence des contaminations au COVID-19, malgré quelques scènes de violence dans certains quartiers de la capitale sénégalaise.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec trois de ses collègues, le ministre sénégalais de l’Intérieur, Antoine Félix Diome, a déclaré que les forces de défense et de sécurité n’avaient pas eu de difficultés dans l’application de la mesure.

Selon le ministre de l’Intérieur, les populations dans les régions de Dakar et de Thiès ont bien observé le couvre-feu, malgré quelques incidents impliquant des jeunes qui ont allumé des pneus pour dénoncer la mesure.

Il a indiqué qu’il y avait également eu quelques manifestations dans certains quartiers de Dakar.

“Après quelques interventions, l’ordre a été rétabli. Pour l’essentiel, il n’y a pas eu de difficultés pour l’application de la mesure”, a-t-il fait savoir.

Par rapport à l’efficacité de cette mesure, M. Diome a souligné qu’elle avait été prise sur l’avis des spécialistes, rappelant que le couvre-feu était un dispositif de protection et au service des populations.

Il a par ailleurs annoncé que d’autres mesures, en dehors du couvre-feu, seraient prises pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus au Sénégal.

Face à la recrudescence de nouvelles contaminations au COVID-19, le président sénégalais Macky Sall a décrété mardi soir dans les régions de Dakar et de Thiès l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu de 21h00 à 05h00 à partir de mercredi. Les deux régions concentrent 90% des cas de contaminations signalés dans le pays.

À LIRE  COVID-19 : LE SÉNÉGAL ENREGISTRE UN SIXIÈME DÉCÈS