Le coordonnateur résident du Système des Nations unies au Sénégal a remis, au ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération, le rapport sur le Cadre de l’Onu pour la réponse socioéconomique immédiate à la Covid-19 censé aider le Sénégal à mieux faire face à la pandémie.

Le « plan de guerre » concocté par le Gouvernement pour faire face à la pandémie de la Covid-19 vient de bénéficier d’un renfort de taille. Il s’appelle « Cadre des Nations unies pour la réponse socioéconomique immédiate à la Covid-19 » et est mis en place par le Système de l’Onu. Complétant « la réponse sanitaire » et « la réponse humanitaire », le document présente l’offre à fournir par l’équipe pays des Nations unies au Sénégal au Programme de résilience économique et sociale (Pres) lancé pour faire face à la pandémie et assoir une relance économique et sociale. « Le cadre mettra en pratique le rapport de mars 2020 du secrétaire général des Nations unies « Responsabilité partagée, solidarité mondiale : réponse à l’impact socioéconomique de la Covid-19 ». Il prend en compte les différents impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et éventuels de la crise de la Covid-19 au Sénégal. Il s’aligne et complète également la réponse de l’État, notamment le Pres, le Programme d’actions prioritaires ajusté et accéléré (Pap 2A) et les réponses sectorielles », souligne un communiqué du ministère de l’Économie, du Plan et de la Coopération.

Le document a été officiellement remis, hier, par Siaka Coulibaly, coordonnateur résident du Système des Nations unies au Sénégal, au ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott. Selon M. Coulibaly, il est fondé sur le paradigme de mieux reconstruire ou du « Building Back Better ». « Il s’agit, plus précisément, d’utiliser les phases de redressement, de réhabilitation et de reconstruction post crise pour accroître la résilience du pays et des communautés, en intégrant des mesures de réduction des risques de catastrophe dans la restauration des infrastructures physiques et des systèmes sociétaux, et dans la revitalisation des moyens de subsistance, des économies et de l’environnement », a-t-il expliqué.

À LIRE  COVID-19: le Sénégal ouvre des centres pour accueillir les malades les moins gravement atteints

Le ministre Amadou Hott s’est félicité de la convergence de vues entre le Système des Nations unies et le Sénégal par rapport à la marche à suivre pour atténuer les effets néfastes de la pandémie. « Cette contribution constitue une réponse collective des Nations unies au Sénégal en réponse à l’impact socioéconomique de la Covid-19. Ce mécanisme contient un cadre de résultats et de ressources qui reflète les interventions prioritaires formulées conjointement sur une période de 13 mois », a-t-il souligné. M Hott se dit convaincu que ce Cadre apportera des réponses pertinentes et complémentaires aux défis liés à la crise.