le Président de la République a indiqué au Gouvernement l’impératif d’adopter de nouvelles mesures sécuritaires et sanitaires afin de limiter la propagation actuelle de la pandémie de la COVID-19.

À cet égard, le Chef de l’Etat, demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de réactiver les Centres de Traitement des épidémies (CTE) ; de remobiliser et motiver davantage les personnels de santé et ; surtout, de renforcer les services d’urgence et de réanimation dans les hôpitaux.

Abordant la question liée au vote de la loi de finances pour l’année 2021 le Président de la République a félicité le Président de l’Assemblée Nationale, les Honorables députés, le Ministre des Finances et du Budget, le Ministre du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les Institutions, et l’ensemble des membres du Gouvernement, pour le bon déroulement de la session budgétaire.

Le Chef de l’Etat a indiqué au Gouvernement que l’année 2021 doit effectivement consacrer la relance de l’Economie nationale par un déploiement, en mode Fast Track du PAP 2A.

Il a à ce sujet indiqué toute l’attention qu’il accorde à la transparence dans la gestion des affaires publiques, notamment dans l’exécution des marchés publics.

Le Président de la République, demande dès lors, à chaque ministre, de veiller aux publications des Plans et Avis généraux de Passation des marchés conformément aux procédures et délais prescrits dans le Code des Marchés publics.

Il a rappelé que la gestion axée sur les résultats (GAR) doit demeurer une priorité centrale du Gouvernement.

Poursuivant sa communication, le Chef de l’Etat a informé le Conseil, avoir examiné la synthèse des rapports annuels (2018-2019) de l’Autorité de Régulation des Marches Publics (ARMP).

À LIRE  COVID-19/SÉNÉGAL: 529 nouveaux cas, 105 nouveaux guéris ET 4 décès

Il a, à ce propos, apprécié particulièrement, le taux très satisfaisant de mobilisation et de consommation des crédits (3111 milliards cumulés sur les 2 exercices) par les structures ministérielles, mais également l’amélioration notable des délais de paiement des marchés publics (71 jours sur une norme internationale de 90 jours).

Il a rappelé, la nécessité de la mise en place d’un système d’archivage (papier et numérique) performant des documents et pièces justificatives à détenir par les autorités contractantes.

Abordant la place des systèmes financiers décentralisés (SFP) dans le développement socio-économique du Sénégal, le chef de l’Etat a informé le Conseil de l’audience qu’il a accordée à l’Association des Professionnels des Systèmes Financiers décentralisés (APSFD).

Il a à cet égard magnifié le rôle de premier plan des acteurs de la microfinance dans le développement national et la création d’emplois : 8000 emplois directs et 430 milliards d’encours de crédits au 30 septembre 2020.

Le Président de la République félicite les différentes composantes de ce secteur dynamique et stratégique, dont la place dans la relance de l’économie nationale, doit être renforcée par un encadrement soutenu et un accompagnement adéquat du Gouvernement.

Le Chef de l’Etat demande, dès lors, au Ministre des Finances et du Budget et au Ministre de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire en relation avec la BCEAO, de prendre les dispositions réglementaires et fiscales nécessaires pour une baisse, à court terme, des taux d’intérêt débiteurs appliqués au niveau des institutions de microfinance.

Le Président de la République indique, par ailleurs, au Gouvernement, la nécessité de vulgariser, dans nos langues nationales, le Programme d’inclusion financière. Il s’agit d’accentuer l’éducation financière des femmes et des jeunes, à travers le soutien et le renforcement en ressources des Mutuelles d’épargne et de crédit (MEC) installées en milieu rural.

À LIRE  COVID-19/SÉNÉGAL: 82 NOUVELLES CONTAMINATIONS ET 2 DÉCÈS

Le Chef de l’Etat a demandé, enfin, aux Ministres en charge des Finances et de l’Economie Solidaire d’assurer la mise en œuvre optimale de la stratégie de développement du Fonds National de la Microfinance (FONAMIF) qu’il a déjà validée.

Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Président de la République invite le Gouvernement à consolider un dialogue social permanent avec les syndicats d’enseignants afin d’assurer la stabilité durable du système éducatif et d’enseignement supérieur.

Le Chef de l’Etat a enfin, invité le Gouvernement à veiller à la maitrise des dépenses liées au paiement régulier des bourses ainsi qu’à l’optimisation de la gestion budgétaire et financière des universités et centres des œuvres universitaires.

Abordant la gestion de l’hydraulique rurale et l’amélioration de la distribution de l’eau potable, le Président de la République a demandé au Ministre de l’Eau et de l’Assainissement de finaliser son évaluation en veillant à la préservation des acquis du système national de production et de distribution de l’eau potable en milieu urbain et rural.