Le père de Doudou Faye, ce jeune de 14 ans mort début novembre dans une pirogue en partance pour l’émigration clandestine, a été condamné par le Tribunal de grande instance de Mbour, au Sénégal, à deux ans de prison dont un mois ferme.

C’est une affaire qui a provoqué une vive émotion dans le pays. Doudou, un adolescent originaire de M’bour, une des plus importantes zones de pêche au Sénégal, à environ 80 km au sud-est de Dakar, avait le rêve de devenir footballeur professionnel. Mi-octobre, son père, Mamadou Lamine Faye, a remis 250 000 francs CFA, environ 380 euros, à un passeur. Ce dernier devait conduire clandestinement l’adolescent en Espagne, plus précisément aux Canaries. De là, un autre passeur devait prendre le relais et envoyer le jeune garçon en Italie pour intégrer un centre de formation de football. Mais rien ne s’est passé comme prévu. Bien avant d’arriver à destination, Doudou Faye, 14 ans, est décédé à bord de la pirogue. Selon la presse locale, son corps aurait été jeté en mer.

En prison depuis le 13 novembre, le père du jeune footballeur sénégalais, Doudou Faye, mort début novembre dans une pirogue en partance pour l’émigration clandestine, a été condamné, ce mardi 8 décembre 2020, à un mois de prison ferme. Ce qui suppose qu’il va recouvrer sa liberté dans une semaine.

Le mis en cause Mamadou Lamine Faye est poursuivi pour homicide involontaire et complicité d’émigration clandestine. L’homme avait réussi à tromper la vigilance de son épouse avant de remettre son fils à des passeurs qui devaient rallier l’Espagne. Au cours du procès, le juge a rejeté les poursuites pour complicité d’émigration clandestine pour ne retenir que l’homicide involontaire.

À LIRE  Dakar et Banjul appellent au respect des règles de libre circulation

Mamadou lamine Faye avait été arrêté et placé en garde à vue par la gendarmerie de Mbour, le 11 novembre, avant son placement sous mandat de dépôt qui l’avait conduit en prison. Il avait remis 250 000 francs CFA environ à un passeur qui devait convoyer son fils en Espagne. Dans ses plans, le gosse devait, via un contact, être acheminé en Italie pour qu’il s’y inscrive dans un centre de formation de football.

L’enfant de quatorze ans, tout comme beaucoup de partisans à l’émigration clandestine, est tombé malade durant la traversée avant de rendre l’âme au beau milieu de l’Océan Atlantique. C’est dans ses conditions qu’il a péri, après que certains ont tenté de le sauver. Le cadavre de l’enfant a été jeté en mer méditerranéenne.