Les femmes de Thiago, un village du département de Dagana (nord), ont dévoilé vendredi leur contribution à la culture du riz et au maraîchage, en même temps qu’ils ont réclamé des moyens pour mieux produire et transformer.

Elles obtiennent, chaque année, ‘’une production assez importante’’ de riz, de fruits et de légumes, a dit Aïcha Daro Fall, l’une d’entre elles, lors de la visite de responsables du Projet de gestion intégrée des ressources en eau (PGIR), de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal et de membres d’un réseau de journalistes d’Afrique de l’Ouest.

Les visiteurs étaient venus s’imprégner des activités agricoles des femmes de Thiago. Mme Fall a salué le soutien que le PGIR apporte aux femmes de ce village, qui s’activent dans la production du riz, des fruits et légumes, mais aussi dans la transformation de ces produits.

Les villageoises fabriquent également des jus à base de tamarins, de jujubes, etc., selon elle. Elles souhaitent avoir accès au crédit bancaire pour bien mener leurs activités économiques. ‘’Nous voulons davantage de financements pour accroître notre production, afin que les jeunes de Thiago, travaillent dans (…) la transformation et la commercialisation des produits agricoles’’, a lancé Aïcha Daro Fall aux visiteurs.

Les agricultrices de Thiago souhaitent arriver à écouler leur production partout dans le monde, selon Mme Fall.

Les deux congélateurs destinés à la conservation des produits agricoles et maraîchers transformés sont insuffisants, a-t-elle signalé.

Selon Demba Sira Diop, le président de l’Union des producteurs de Thiago, le PGIR aide les paysans à irriguer leurs terres à l’aide de motopompes. Un magasin de stockage des produits agricoles est mis à la disposition des producteurs, a-t-il dit, réclamant d’autres équipements aux responsables du PGIR.

À LIRE  naufrage du Joola : 18 ans après les familles n'ont pas oublié

Le débordement des eaux du fleuve endommage les cultures, a souligné M. Diop, ajoutant que la SAED, la société nationale chargée de l’aménagement des terres du delta du fleuve Sénégal, aide à résoudre cette équation.

‘’Nous souhaitons aussi la clôture des périmètres agricoles, pour éviter la divagation des vaches et des autres animaux’’, a-t-il dit. A Thiago, l’Etat est également sollicité pour l’accès au crédit bancaire, et les paysans rêvent de produire davantage, ‘’pour mieux participer à l’atteinte de la sécurité alimentaire’’ du pays.

APS-