Le musée des Civilisations noires de Dakar (MCN), fermé depuis le mois de mars à cause de la pandémie de coronavirus, a rouvert partiellement ce vendredi 13 novembre avec une nouvelle exposition temporaire du graffeur américain JonOne, une pointure du street art, intitulée « Héritage ».

Au Sénégal, le musée des Civilisations noires de Dakar (MCN), fermé depuis le mois de mars à cause de la pandémie de coronavirus, a rouvert partiellement ce vendredi 13 novembre avec une nouvelle exposition temporaire du graffeur américain JonOne, une pointure du street art, intitulée « Héritage ».

JonOne est emballé par sa première exposition au Sénégal. « Quand j’ai su que j’allais exposer ici, waouh ! s’exclame-t-il. Au Musée des civilisations noires au Sénégal, cela va rendre tous mes amis jaloux aux États-Unis ! »

De son vrai nom John Andrew Perello, l’artiste d’origine dominicaine né à Harlem aux États-Unis, vit aujourd’hui en France. Cette exposition, pour lui, est un hommage à l’Afrique. « Le titre “Héritage” est tellement naturel pour moi, explique-t-il. C’est ma connexion avec l’Afrique et mes racines caribéennes aussi. Il y a une grande histoire d’esclavage là-bas. Je suis ici au Sénégal, pas loin de l’île de Gorée. Cela a un sens pour moi. Nous sommes tous des Africains ».

L’exposition est à découvrir gratuitement jusqu’au 22 novembre, avant la réouverture officielle du Musée des civilisations noires, pour son deuxième anniversaire, le 6 décembre.

À LIRE  "Rencontrer mon père" un film d’Alassane Diago EN LICE POUR LES CÉSAR 2020