Parmi les priorités post covid-19 pour le continent africain : la création d’emploi, la promotion des femmes et le financement des infrastructures, a indiqué la Banque Africaine de Développement (BAD).

Durement impactée par la crise sanitaire liée au coronavirus, l’Afrique risque de perdre 173 à près de 237 milliards de dollars de produit intérieur brut rien qu’en 2020-2021, quelque 48 millions de personnes pourraient tomber dans l’extrême pauvreté et 30 millions de personnes pourraient perdre leurs emplois, a souligné le Président de la BAD, Akinwumi Adesina, en marge du Forum de Paris pour la paix, tenu en fin de semaine.

Par ailleurs, selon le responsable, en atteignant les Objectifs de Développement Durable (ODD), l’Afrique doit être soucieuse de l’environnement et doit mette la question climatique au centre de ses préoccupations. “Nous devons investir dans les énergies propres, car le futur réside dans les énergies renouvelables”, a-t-il ajouté.

Et d’ajouter que la crise de la Covid‑19 a également mis en avant la nécessité pour l’Afrique de bâtir des systèmes sanitaires efficients, sans oublier d’autres secteurs tout aussi vitaux comme les TIC, l’eau potable et l’assainissement, le transport, pour ne citer que ceux-ci.

Dans la foulée, le représentant de la BAD a souligné que les efforts précités doivent inévitablement être générateurs d’emploi pour les jeunes et créateurs d’opportunités économiques pour les femmes.

Si les ressources africaines sont bien exploitées en impliquant le secteur privé et en les alignant sur l’agenda climatique, les ODD seront non seulement atteints, mais dépassés, et il en va de même pour l’agenda climatique, a-t-il poursuivi.

À LIRE  "Il n'y a pas assez de start-ups technologiques dirigées par des femmes, et cela nous coûte à tous"