Le Sénégal est classé à la 4e place et a progressé de cinq (5) places par rapport à 2019, où il était classé 9e. Il partage le TOP 5 Africain avec la Côte d’ivoire, le Kenya, le Ghana et est devant le Rwanda sur les 53 pays du continent.

D’après le document partagé par l’Agence pour la Promotion des Investissements et Grands Travaux Sénégal (APIX), notre pays a démontré à une échelle qui tient largement la comparaison avec les meilleures économies du monde, une parfaite gestion de la pandémie pendant les phases aiguës de la crise sanitaire, sous la conduite du président de la République Macky Sall.

L’index repose sur les réponses fournies par les chefs d’entreprise africains à la question suivante : «Quels pays africains vous semblent les plus attractifs pour investir à l’heure actuelle ?»

Selon le rapport publié par le Cabinet Deloitte le 23 septembre 2020, en partenariat avec AFrica Ceo Forum, l’esprit de résilience est frappant pour tous secteurs confondus en Afrique. 80% des répondants à l’enquête affichent un niveau de confiance élevé sur les perspectives du continent à long terme, alors qu’ils n’étaient que 73% l’an passé. En témoigne le fait qu’ils sont majoritairement convaincus (60%) que 2021 leur offrira « un retour à la normale » en terme d’activités.

UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE PROPICE AUX INVESTISSEMENTS

Les perspectives d’avenir du Sénégal sont relativement positives et sa politique économique s’oriente vers la libéralisation et la privatisation. Le gouvernement ainsi que les donateurs étrangers déploient des efforts considérables pour atteindre les objectifs de croissance durable et de réduction de la pauvreté. Les premiers donateurs multilatéraux sont la Banque mondiale et l’Union Européenne, mais il y a aussi la Banque africaine de développement, la Banque européenne de développement, la Banque ouest-africaine de développement et la Banque internationale de développement.
Le plan Sénégal émergent (PSE) comprend un programme d’investissement préparé par le gouvernement pour les infrastructures, l’agriculture, le logement social, le tourisme et l’exploitation minière. Ce plan a été conçu pour inciter les investisseurs privés et les donateurs à financer une série de projets. Par ailleurs, le climat des affaires est actuellement assez bon, notamment en raison de la stabilité politique du pays.

À LIRE  10.000 sinistrés des inondations recevront entre 100.000 et 200.000 Fcfa

Les principaux moteurs de croissance du pays sont les projets privés, or, la capitale Dakar rassemble un bon nombre de fabricants de biens de consommation qui investissent dans la création ou l’expansion de leurs lignes de production. Il existe un certain nombre de secteurs dans lesquels les sociétés étrangères peuvent être considérées comme des fournisseurs.