L’archipel espagnol des Canaries a vu arriver plus d’un milliers de personnes migrantes en 48 heures, a indiqué la Croix-Rouge. Originaires du Maghreb ou d’Afrique sub-saharienne, ces migrants se trouvaient sur 37 embarcations.

Emigration clandestine: 1.000 migrants dont plus de 900 sénégalais ont débarqué aux îles Canaries 1

Ce sont des chiffres qui n’avaient pas été constatés depuis plus d’une décennie. En 48 heures, 1 015 personnes migrantes ont débarqué sur les différentes îles de l’archipel espagnol des Canaries, a indiqué la Croix rouge à l’AFP.

Les îles de Lanzarote, Fuerteventura, Grande Canarie et Tenerife ont vu arriver 37 embarcations transportant des personnes originaires d’Afrique subsaharienne et du Maghreb. Selon un porte-parole de la Croix-Rouge, tous se trouvaient en bonne santé, malgré “quelques” hypothermies “sans gravité”. Les rescapés ont tous subi des tests de détection du coronavirus à leur arrivée.

Ce rythme d’arrivées de migrants, a souligné le porte-parole, est “plus ou moins” équivalent à celui des moments les plus chauds de 2006, année où 30.000 migrants étaient arrivés aux Canaries.

La route migratoire des Canaries, empruntée par des dizaines de milliers de migrants dans la seconde moitié des années 2000, est redevenue très active depuis un an, à mesure que les contrôles se sont durcis en Méditerranée.

L’instabilité en Libye et l’importante présence policière dans le nord du Maroc ont poussé de nombreux migrants à changer de route et à tenter leur chance depuis les côtes ouest-marocaines, mauritaniennes ou sénégalaises.

Résultat : les arrivées aux Canaries ont atteint en septembre un niveau inédit depuis 2008, malgré les dangers de cette route. Entre le 1er janvier et le 17 septembre, 251 personnes sont mortes durant ce périple, contre 210 pour l’ensemble de l’année 2019, selon l’Organisation internationale des migrations (OIM).

À LIRE  Covid-19/sénégal: 26 nouveaux cas dont et aucun décès