Fortement impactés par le coronavirus, la presse et le tourisme vont recevoir un peu d’oxygène de la part du gouvernement du Sénégal.

A l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Conseil présidentiel sur la relance économique, Macky Sall a annoncé l’exonération des taxes fiscales pour l’année 2020 et 2021 pour les entreprises de presse et le secteur du tourisme dans le cadre de la résilience.

« Le secteur du tourisme a été frappé de plein fouet mais la presse aussi a besoin de soutien en tant que mécanisme qui doit réguler, la presse pour ces deux secteurs, je voudrais dire la poursuite de la suspension de tous les impôts et taxes notamment la TVA ainsi que les impôts retenus à la source et l’impôt sur les sociétés jusqu’à la fin de l’année 2021 pour vous permettre d’être dans la relance », a déclaré le chef de l’Etat.

Selon le communiqué du Conseil des ministres, Macky Sall a demandé au Gouvernement, à l’occasion de sa réunion hebdomadaire, d’accorder “aux autres secteurs productifs tels que l’Artisanat, l’Economie numérique inclusive et le Tourisme’’, “la même priorité’’ manifestée à l’endroit de la santé par exemple.

“A ce titre, il a demandé au Ministre des Finances et du Budget, dans le cadre de la loi des Finances initiale LFI 2021, de mettre en œuvre sa décision d’une suspension de paiement des impôts et taxes dans les secteurs du Tourisme et de la presse, pour les années 2020 et 2021, la poursuite du PUMA, du PUDC, de Promovilles”., rapporte le communiqué du Conseil des ministres.

À LIRE  Lettre ouverte au Président Macky Sall: « DOYNA STOP à la Mendicité des Enfants au Sénégal »

Macky Sall a annoncé mardi pour la presse et le tourisme un allègement fiscal sur la période 2020-2021.

Cet allègement fiscal va porter sur la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), l’impôt sur le revenu et les retenues à la source, a-t-il précisé lors du Conseil présidentiel sur la relance de l’économie qu’il présidait.

Il a évoqué l’impact selon lui faible de cette mesure sur les finances publiques, en faisant valoir qu’exonérer cet impôt ne “coûte rien” à l’Etat, la presse par exemple devant selon lui être accompagnée, parce qu’étant pourvoyeuse de beaucoup d’emplois.

Il a cependant souligné la nécessité pour elle de “travailler à son organisation”, pour permettre d’identifier les professionnels au vu de l’irruption dans la profession de “beaucoup d’intervenants”, une situation qui est source d’une certaine confusion.