OCP Africa et la Société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, ont annoncé ce lundi un partenariat pour renforcer les chaînes de valeur du riz en Côte d’Ivoire et du millet au Sénégal, et pour aider à améliorer les conditions de vie de milliers de personnes et des petits agriculteurs.

Les cultures du millet et du riz, essentielles pour assurer la sécurité alimentaire dans ces deux pays d’Afrique de l’Ouest, fonctionnent à des rendements bien inférieurs à leur plein potentiel en raison en partie d’un manque de professionnalisation, de pratiques agricoles inadéquates, et d’un manque d’accès au financement, ont déclaré OCP Africa, filiale du Groupe OCP Maroc, leader mondial du marché des phosphates et dérivés, et IFC dans un communiqué conjoint.

Dans le cadre de ce partenariat, IFC fournira des services de conseil aux agriculteurs et aux groupes agricoles membres du programme Agribooster d’OCP Africa pour atteindre près de 12.000 agriculteurs ivoiriens et sénégalais d’ici 2022.

Ce projet vise à renforcer les compétences techniques, financières et managériales des coopératives et à améliorer les pratiques agricoles en intégrant des solutions climato-intelligentes pour la gestion de l’eau et des sols, et ce notamment avec des engrais adaptés.

Il vise également à accélérer la numérisation des systèmes de paiement dans les deux chaînes de valeur et le développement d’un outil de notation pour améliorer l’accès au financement des agriculteurs.

«Ce partenariat incarne notre vision de libérer durablement le potentiel de l’agriculture africaine, à travers une approche holistique, impliquant des acteurs clés de la chaîne de valeur, au profit des petits exploitants», a déclaré Mohamed Anouar Jamali, directeur général d’OCP Africa.

À LIRE  "Hacking Covid-19 Africa" construire l’Afrique de demain