Les chiffres révélés par une étude de African Economic Research Consortium (AERC), sur l’impact de la pandèmie sur les ménages sénégalais sont alarmants. Cette étude montre que le taux de pauvreté au Sénégal est passé de 38% à 58%, soit une augmentation de 17%. En d’autres termes, 2 millions 672 mille sénégalais basculent dans la pauvreté.

Les chiffres sont effarants. Mais, réels ! L’épidémie de Covid-19 a lourdement impacté les ménages sénégalais. Les pertes de revenus de ces ménages sénégalais dues à la Covid-19 sont estimées à 681 milliards de F CFA par mois.

Selon l’économiste sénégalais, le Professeur Abdoulaye Seck, enseignant à la Faculté des Sciences économiques et de gestion (Faseg) qui a participé à cette étude, ces pertes concernent 7,9% du Pib. « Nous avons essayé de savoir quel pourrait être l’impact de cette crise en terme de pauvreté. Et nous avons pu montrer qu’effectivement la pauvreté augmente de 17%. C’est-à-dire qu’on passerait de 38% à près de 55%. Rapporté à la population, on est 2 672 000 Sénégalais qui basculent dans la pauvreté. Ce chiffre est relativement important », a-t-il signifié.

Contacté par iradio (90.3), M. Seck renseigne aussi que l’agriculture et les transports aériens sont les secteurs les plus impactés par la crise sanitaire. « Si la perte est envisagée en terme absolue, l’agriculture revient en premier place avec 36% du montant totale des pertes enregistrées par les ménages. L’intensité des pertes est aussi importante au niveau des transports surtout ceux aériens », a-t-il indiqué.

À LIRE  A LOUGA, UNE MARCHE "PACIFIQUE ET CITOYENNE" CONTRE LA HAUSSE DU PRIX DE L’ÉLECTRICITÉ