Le fonds des Nations pour la Population (UNFPA), dans le cadre de la mise en oeuvre du Huitième Programme de Coopération avec le gouvernement du Sénégal en partenariat avec la Région Médicale de Fatick et le Service régional de l’Action sociale, a initié un programme d’autonomisation des jeunes filles défavorisées.

Au total, 180 filles issues de milieux défavorisés vont bénéficier d’une formation dans des filières professionnelles grâce à un financement de 18 millions de francs CFA du Fonds des nations unies pour la population (UNFPA),

’’En partenariat avec la Région médicale de Fatick et l’Action sociale, l’UNFPA va financer pour un montant de 18 millions de francs CFA la formation professionnelle de 180 jeunes filles issues de milieux défavorisées de la région’’’, a révélé le chef du service régional de l’Action sociale, Alioune Sène.

Il s’entretenait lundi avec des journalistes au terme d’un comité régional de développement (CRD) portant sur les concertations régionales des personnes âgées sur leur rôle et place dans le développement économique du Sénégal.

Selon lui, les jeunes filles doivent être âgées de 15 à 25 ans et sont appelées à déposer leurs dossiers de candidature auprès des Centres de promotion et de réinsertion sociale (CPRS) de cinq communes de la région.

Il s’agit des CPRS de Fatick, de Foundiougne, de Gossas, de Sokone et de Dioffior, a cité M. Sène, signalant que le dernier délai des dépôts de dossiers de candidature est fixé au 25 septembre prochain.

Une sélection des filles retenues va se faire selon la filière professionnelle et le centre de formation professionnelle choisi par la candidate. La formation va se dérouler dans les Centres de formation professionnelle (CFP) de la région et elle va porter sur les filières de couture, de restauration, la santé communautaire, l’horticulture, entre autres.

À LIRE  les internautes sénégalais font leur deuil sur les réseaux sociaux

Les jeunes filles retenues vont bénéficier de bourses qui vont prendre en charge le paiement des frais de scolarité, l’achat de trousses et un forfait transport, a dit le chef du service régional de l’Action sociale, Alioune Sène.