La capitale sénégalaise Dakar est-elle à l’abri de la double explosion qui a récemment frappé Beyrouth ? Cette question trouve son sens dans le fait que, au Port Autonome de Dakar, sont stockées plus de 3 000 tonnes de la même substance qui a causé cette catastrophe à Beyrouth.

La capitale libanaise, Beyrouth, a récemment été victime de deux explosions dont l’origine n’était rien d’autre que le nitrate d’ammonium. Et voilà que plus de trois mille tonnes de cette substance sont actuellement stockées au Port Autonome de Dakar. Une quantité beaucoup plus importante que les 2 700 tonnes qui ont causé une double explosion à Beyrouth, avec tous les désagréments et les pertes multiples que cela à créés.

Cette importante quantité de nitrate est bien stockée dans la zone Mali dudit Port. Et ce ne sont pas les assurances données par les autorités du Port qui vont dissiper les craintes des populations, en particulier celles qui sont aux alentours. « Le produit est bien stocké, ce n’est pas dans un entrepôt (comme ce fut le cas à Beyrouth) mais à l’air libre et sur des palettes qui l’empêchent d’être en contact direct avec le sol », explique le Haut commandant du Port de Dakar.

En visite sur les lieux, mardi, le haut Commandant du Port Autonome de Dakar, Ibrahima Badji, a annoncé une batterie de mesures dans le cadre de la gestion des marchandises dangereuses. Ainsi, Deux commissions, terrestre et maritime, ont été ainsi mises en place dans le but d’isoler le nitrate d’ammonium des lieux.

Déjà mis en demeure, le propriétaire de la cargaison entreposée a été sommé, sans délai, d’enlever la marchandise. Ainsi, 350 tonnes ont été évacuées. Selon les autorités portuaires, un site a été identifié à Diamniadio (à la sortie de Dakar), pour que le propriétaire de la cargaison y fasse le transfert, sous réserve d’obtenir l’aval du ministère en charge de l’environnement.

À LIRE  COVID-19/ Nouvelles mesures sanitaires: Le port du masque obligatoire dès vendredi

Le Port autonome de Dakar (PAD) est une entreprise publique sénégalaise dont le siège se trouve à Dakar. Grâce à la position stratégique que lui confère une rade bien abritée, il est aujourd’hui le troisième port de la sous-région, après le Port Autonome d’Abidjan et le Port de Lagos, et se classe au neuvième rang sur le continent africain.

Les autorités gouvernementales et portuaires se renvoient la balle

Le Président du Sénégal, Macky Sall, qui a décidé de s’engager personnellement dans l’affaire du nitrate d’ammonium au Port de Dakar, a instruit deux de ses ministres de travailler ensemble pour trouver une solution.

Dans le communiqué sanctionnant le Conseil des ministres de ce jeudi, le président de la République « a demandé au ministre de l’Intérieur de mettre en œuvre, en rapport avec le ministre de l’Environnement, un Plan national de recensement, d’audit et de sécurisation des dépôts de produits chimiques dangereux».

Le ministère de l’Environnement n’a pas été saisi à temps pour autoriser l’entreposage du produit dangereux dans un site qui serait identifié à Diamniadio, comme le laissait pourtant entendre le Haut commandant du Port Autonome de Dakar, en visite récemment sur les lieux.

Selon le Directeur de l’Environnement et des Établissements Classés (DEEC), M. Baba Dramé, contacté par nos collègues d’E-media, ce n’est qu’après la déclaration du responsable portuaire que le ministère de l’Environnement a été officiellement saisi d’une demande d’autorisation. Laquelle a d’ailleurs été refusée, sur toute l’étendue du territoire national.