Le président de la République Macky Sall a recommandé, dimanche, aux Sénégalais de planter des arbres pour reverdir le pays.

’’Je recommande à l’ensemble de nos compatriotes de planter des arbres, toujours planter pour reverdir le Sénégal’’, a lancé le chef de l’Etat qui présidait la cérémonie de la journée nationale de l’arbre, au Centre international de conférences Abdou Diouf (CICAD).

’’Planter un arbre, c’est donner vie à tout un écosystème, c’est aussi renforcer la protection de nos forêts, lutter contre l’érosion quelle soit côtière ou éolienne et nous devons partout planter des arbres’’, a ajouté Macky Sall.

A cette occasion, le président Sall a symboliquement planté un baobab dont le nom scientifique est l’adansonia digitata, arbre parrain de cette 37ème édition. Le thème retenu cette année est : ’’La reforestation, un remède contre les pandémies’’.

C’est une journée de reboisement pour lutter contre la désertification, car ’’nous devons également renforcer la biodiversité et les écosystèmes’’, a dit le chef de l’Etat.

Evoquant le thème de la Journée, le président de la République a souligné que ’’ces pandémies ont pour origine, quelque part, les déficiences notées, mais surtout la perte de la biodiversité’’.

S’agissant de l’arbre parrain, le baobab, ’’il symbolise les armoiries de la République du Sénégal au côté du lion, un arbre majestueux, presque millénaire, ayant des vertus médicinales, des usages économiques connus’’, a fait observer Macky Sall.

Le chef de l’Etat a annoncé l’introduction, dans les Codes de l’urbanisme et de la Construction, de l’obligation de planter des arbres devant les maisons.

’’C’est la raison pour laquelle je vais proposer dans le cadre du Code de la construction et du Code de l’urbanisme, que désormais les autorisations de construction soient adossées à l’obligation de planter des arbres devant les maisons et de faire en sorte que ces arbres puissent suivre’’, a dit Macky Sall lors de cette cérémonie restreinte.

À LIRE  Remous dans la téléphonie mobile : Orange sommée de revoir ses tarifs et offres

A sa création le CICAD a été baptisé ’’Le Miroir des baobabs’’, a rappelé le chef de l’Etat, ajoutant : ’’Sur l’architecture, de manière générale, et sur les plafonds, nous avions beaucoup fait appel aux nervures du baobab’’.

’’Cela veut dire que nous devons préserver cet arbre (pour) notre santé et notre intérêt économique’’, a recommandé le président de la République.