Les musulmans du Sénégal, comme ceux de nombreux pays, vont célébrer ce vendredi 31 juillet l’Aïd al-Adha, l’une des principales fêtes de l’islam appelée aussi Tabaski.

La ‘’fête du sacrifice’’ a lieu chaque année, le 10 du dernier mois du calendrier musulman. Sa célébration se tient, cette année, dans un contexte particulier, celui de la pandémie de coronavirus, qui a fait des centaines de milliers de morts dans le monde.

Au Sénégal, un peu plus de 10.000 cas de coronavirus ont été recensés par le ministère de la Santé depuis la découverte du premier cas dans le pays, le 2 mars.

Quelque 200 personnes en sont mortes, et 3.176 patients sont pris en charge dans les centres de traitement de la maladie, selon le dernier bilan donné de la maladie jeudi 30 juillet par le ministère de la Santé.

Abdoulaye Diouf Sarr, le ministre chargé de ce département ministériel, a recommandé aux fidèles musulmans de fêter la Tabaski là où ils résident pour limiter au strict minimum les déplacements et réduire les risques de propagation de la maladie.

LES MUSULMANS DU SÉNÉGAL CÉLÉBRENT L’AÏD AL-ADHA, CE VENDREDI 31 JUILLET 1

De nombreux fidèles ont préféré ne pas suivre cette recommandation. Comme chaque année, ils ont quitté Dakar et d’autres villes du pays pour passer l’Aïd al-Adha dans des localités de leur choix.
La communauté mouride, qui constitue l’une des principales confréries musulmanes du pays, a annoncé qu’à Dakar, la prière de Tabaski sera dirigée par l’imam Serigne Moustapha Mbacké ibn Serigne Abdou Khadre Mbacké, dans la mosquée Massalikoul Djinane.

À LIRE  Audit de la BAD du programme de résilience à l'insécurité alimentaire au Sénégal P2RS