Le PIB du Sénégal va baisser de 4.2% en 2020 par rapport à l’année précédente à cause de la pandémie Covid-19, a estimé, lundi, le Fonds monétaire international (FMI).

Durant le premier trimestre de l’année 2020, le Produit intérieur brut (Pib) en volume, corrigé des variations saisonnières (cvs), a connu une baisse de 1,7 %, par rapport au quatrième trimestre de 2019.

Ce résultat est imputable à un recul de l’activité dans le secteur tertiaire (-3,2%). Cependant, il a été noté une bonne tenue de l’activité dans le secteur primaire qui s’est bonifié de 1,6% révèle l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd).

Selon l’étude , les prix à la consommation et à la production industrielle ont connu des baisses respectives de 0,7% et 1,7%. Les prix de production des services spécialisés, scientifiques et techniques ont également baissé de 0,2%. Cependant, les prix de production des services de soutien et de bureau et d’hébergement et de restauration ont augmenté respectivement de 0,6% et de 0,2%. Tout de même, il est noté une stagnation des prix des services immobiliers, de transport et d’entreposage. Au même moment, le coût de la construction a enregistré une hausse de 0,3%. S’agissant des échanges extérieurs, les prix des produits à l’exportation se sont relevés de 2,2% tandis que ceux à l’importation ont affiché une baisse légère de 0,01% en variation trimestrielle.

Le FMI avait débloqué en avril dernier 442 millions (100% du quota du Sénégal) « au titre de l’instrument de financement rapide (IFR) et de la facilité de crédit rapide (FCR) », pour appuyer l’état du Sénégal dans le cadre de la mise en œuvre de son plan de riposte.
Un accord entre le Sénégal et le FMI avait été scellé au terme de la mission virtuelle.

À LIRE  EXPORTATIONS : L’EUROPE SUPPLANTE L’AFRIQUE À LA TÊTE DES CLIENTS DU SÉNÉGAL

« L’équipe du Fmi est parvenue à un accord avec les autorités en ce qui concerne les mesures économiques et financières qui pourraient favoriser l’approbation de la première revue de leur programme sur trois ans au titre de l’instrument de coordination des politiques économiques (ICPE) », a fait savoir le communiqué, annonçant que le conseil d’administration du FMI pourrait examiner cette première revue dans la deuxième moitié de juillet 2020