La présidente du Conseil d’administration de la Société sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins (SODAV), Ngoné Ndour, invite « à repenser le modèle économique de la culture », secteur qui selon elle doit « davantage s’orienter vers la professionnalisation et la modernisation ».

« Je voudrais (…) interpeller tous les acteurs de la culture, [pour leur dire] que le modèle économique qu’offre notre culture est à repenser, pour garantir la préservation des emplois et des activités en période de pandémie ou de catastrophe », déclare-t-elle dans le rapport annuel 2019 de la SODAV.

Ngoné Ndour, également productrice de musique, exhorte à « penser davantage à la professionnalisation de notre culture, à la modernisation de l’économie de la culture, à la défense de nos intérêts communs et à la préservation de nos acquis, comme la richesse et la diversité de notre culture ».

Selon le rapport, la SODAV est fortement impactée par la pandémie de coronavirus, en particulier par l’interdiction des rassemblements.

Cette mesure a occasionné la cessation des activités de ses clients (hôtels, bars, restaurants, discothèques, auberges, radiodiffuseurs, etc…) et l’arrêt des spectacle vivants, observe le document.

« La perte estimée à ce jour au titre du droit d’auteur est de plus de quatre cents millions de francs CFA pour l’année 2020 », précise la présidente du conseil d’administration de la SODAV.

À LIRE  "UN AIR DE KORA"REMPORTE LE PRIX DU MEILLEUR COURT MÉTRAGE