Dans un communiqué publié hier, jeudi 9 juillet, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en Afrique, a appelé la communauté internationale et les gouvernements africains à mettre en place des mesures concrètes en vue d’assurer un accès équitable aux vaccins de Covid-19.

Dans ce sens, l’OMS et ses partenaires ont mis en place un programme d’accélération d’accès aux outils Covid-19, baptisé “ACT”. Ce programme a pour objectif de développer, produire, et garantir un accès équitable aux diagnostics, aux thérapies et aux vaccins contre le nouveau coronavirus.

Plusieurs dirigeants africains, organisations de santé, acteurs de la société civile, et entreprises participeront à la gestion de ce programme, à travers lequel, l’OMS ambitionne de répartir équitablement les ressources et les outils nécessaires à la lutte contre la pandémie du Covid-19.

Parmi les partenaires clés de l’OMS, on retrouve Gavi, l’Alliance pour les vaccins, et la coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI). Ces derniers s’assureront de fournir deux milliards de doses de vaccin aux populations à haut risque, dont un milliard pour les pays à faible et moyen revenu.

« Il est clair qu’au moment où la communauté internationale se réunit pour mettre au point des vaccins et des thérapeutiques sûrs et efficaces pour le COVID-19, l’équité doit être au centre de ces efforts », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, citée par le communiqué, ajoutant que “trop souvent” , les pays africains accèdent en dernier aux nouvelles technologies, y compris les vaccins. « Ces produits vitaux doivent être accessibles à tous, et pas seulement à ceux qui ont les moyens de les payer. », a t-elle poursuivi.

L'OMS demande un accès équitable aux futurs vaccins de COVID-19 en Afrique 1
Dr-Matshidiso-Moeti

Pour mener à bien ce projet, l’OMS et ses partenaires se sont focalisés sur cinq axes principaux : la mobilisation de ressources financières, le renforcement de la fabrication locale de vaccins et des systèmes de réglementation, d’approvisionnement et de distribution, le renforcement des compétences et des connaissances de la main-d’oeuvre, l’amélioration des services de proximité et l’écoute des préoccupations des communautés pour contrecarrer la désinformation.

À LIRE  SÉMINAIRE INTERGOUVERNEMENTAL FRANCE-SÉNÉGAL