L’Arabie saoudite a annoncé lundi la tenue fin juillet du grand pèlerinage musulman de La Mecque, un des cinq piliers de l’islam, avec un “nombre très limité” de fidèles en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, selon l’agence de presse officielle SPA.

Seules les personnes de toutes nationalités “se trouvant à l’intérieur du royaume” saoudien pourront effectuer le hajj, conformément aux mesures de précaution afin de contenir la propagation du virus, a précisé l’agence.

Jusque-là, Ryad maintenait l’incertitude autour de la tenue de ce pèlerinage, l’un des plus importants rassemblements religieux au monde, qui a attiré 2,5 millions de fidèles musulmans en 2019 selon les chiffres du ministère chargé de l’organiser.

Après avoir pris des mesures strictes de confinement, l’Arabie Saoudite a levé cette semaine le couvre-feu en vigueur dans tous le pays. Dimanche, les mosquées de La Mecque ont ainsi rouvert leurs portes aux fidèles.

L’annonce du maintien du hajj intervient également alors que le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a prévenu lundi que la pandémie « continuait de s’accélérer » dans le monde.

C’est notamment le cas en Arabie Saoudite, pays arabe du Golfe le plus touché avec une recrudescence du nombre de contaminations. Les autorités ont officiellement recensé plus 161 000 personnes infectées, dont 1307 sont décédées.

À LIRE  Covid-19/SÉNÉGAL: 134 nouveaux cas, 114 nouveaux guéris