Le ministre de l’urbanisme, de l’hygiène publique et du logement est en total désaccord avec les récentes sorties du maire de Mermoz / Sacré-Cœur sur la question du bradage sur le littoral.

“Je me sens très indigné face aux propos du maire de Sacré-Cœur / Mermoz qui quelquefois, peut être par des tergiversations politiciennes, s’attaque à la délimitation des communes et des chantiers qui sont dans les communes d’autres collectivités, après s’attaque au siège de l’Apr pour dire qu’il n’y a pas d’autorisation de construire, pas de paiement, bref beaucoup de versions où on n’arrive même pas à comprendre quel est le but de sa manœuvre”, s’est désolé le ministre du logement.

Le ministre Fofana s’est voulu clair : l’Alliance pour la République a bel et bien une autorisation pour construire son siège sur la VDN, en réalité, au moment de construire, on lui a écrit et il n’a pas répondu, alors que la loi est très claire sur cette question.

Pour le ministre toujours, “l’État du Sénégal c’est plus de 60 ans d’existence. Et l’occupation du littoral ne date pas d’aujourd’hui. Il y a eu une occupation traditionnelle et des occupations d’ordre économique d’intérêt public et des occupations privées qui ont fait l’objet d’affectation. Et ces affections datent de bien avant 2012. L’exemple des Mamelles est là : les autorisations de lotir ont été signées en 2010 par la ville de Dakar! Donc, on ne peut pas prendre toutes ces situations qui ont existé bien avant 2000 et dire que le président Macky Sall brade le littoral. Ce n’est pas une vérité…”

À LIRE  6 MILLIARDS POUR LUTTER CONTRE LE TRAFIC DE MIGRANTS