Le crédit hôtelier et touristique a alloué 265, 650 millions de francs Cfa aux chaînes de valeur du tourisme de la région de Saint-Louis impactées par la pandémie de Covid-19.

Cette enveloppe a été répartie entre les hôteliers, les agence de voyage, les établissements touristiques, les guides touristiques et les caléchiers, a indiqué l’adjoint au gouverneur de Saint-Louis chargé des affaires administratives, Khadim Hann.

Il intervenait à la fin d’une cérémonie de remise de ces financements, organisée par visioconférence, sous la présidence du ministre du Tourisme, Alioune Sarr.

Il a rappelé que le secteur est durement touché par la crise entrainée par la maladie à coronavirus. ‘’Toutes les activités touristiques ont été bloquées, notamment les vols d’avion sont suspendus, les hôtels et restaurants fermés, avec des pertes de revenus’’, a-t-il déclaré.

Il estime que les fonds reçus vont ainsi permettre de “soulager’’ les acteurs du secteur touristique frappés de plein fouet par la crise.

Ousmane Ndione, le chef du Pôle touristique nord, qui regroupe Saint-Louis, Louga et Matam, précise que 76 bénéficiaires des différents corps du tourisme sont recensés dans la région.

Il a affirmé que financement est venu à son heure, rappelant que selon les estimations, le secteur a subi “une perte de 200 milliards de francs Cfa’’, depuis trois mois.

Le président du syndicat d’initiative du tourisme de la région de Saint-Louis, Bachir Cissé, a fait part de la satisfaction de tous les acteurs du tourisme. Il souligne que les fonds alloués “viennent soulager le secteur’’.

Toutefois, il a rappelé que ‘’ces fonds ne sont pas des dons, mais des crédits octroyés au secteur’’. Compte tenu de cela, déclare-t-il, “il est important que tous soient conscients’’ de la nécessité de procéder à leur remboursement, afin de “permettre à d’autres de pouvoir [en] bénéficier’’.

À LIRE  DAKAR 2022 - DE GRANDS PAS EN AVANT POUR LES PREMIERS JEUX OLYMPIQUES DE LA JEUNESSE ORGANISÉS EN AFRIQUE

‘’L’heure est encore grave’’, s’est-il alarmé, estimant que le secteur ne pourra relancer correctement ses activités que d’ici le mois de novembre prochain.

Pendant ce temps, dit-il, ‘’les hôteliers, restaurants, agences de voyage, font face à des charges de location, de paiement de salaires, de factures d’eau et d’électricité, entre autres’’.

Malgré toutes les difficultés du secteur, la destination Saint-Louis avait connu une petite reprise entre le mois de décembre 2019 et février 2020 qui augurait d’une bonne saison. Cependant, souligne M. Cissé, « comme partout au Sénégal et dans le monde, l’activité touristique est au point mort depuis le 18 mars 2020 avec la crise sanitaire causée par la Covid-19 ». Ainsi, tous les réceptifs qui n’ont pas été réquisitionnés par l’administration publique pour servir de centres d’accueil des malades du coronavirus, ont été obligés de fermer leurs portes, a-t-il fait savoir.

A Saint-Louis, plus de 1.500 emplois directs sont aujourd’hui menacés et les petites et moyennes entreprises, telles que les agences de voyages, les galeries, les commerçants indépendants sont particulièrement vulnérables.