Plus d’une centaine d’enseignants sont arrivés mardi après-midi à Diourbel en provenance de Dakar pour la reprise des cours prévue le 2 juin prochain.

Le ministère de l’Education nationale, en relation avec celui des Transports terrestres a entamé, à Dakar, le convoyage des enseignants à leurs lieux de travail.

Il font partie de l’opération de convoyage de la première vague d’enseignants devant regagner leurs lieux de service en perspective de la reprise des cours, le 2 juin.

’’Nous sommes heureux de les accueillir à Diourbel et nous souhaitons que leur venue soit le début d’une période assez stable pour le système mais aussi que cela soit le démarrage d’une quiétude après tout ce que nous avons vécu ces temps-ci’’, a déclaré l’Inspecteur de l’éducation et de la formation (IEf) de Diourbel Yankhoba Massaly.

Selon lui, la plupart des enseignants sont rentrés chez eux tandis que ceux qui doivent aller dans les autres localités du département, sont convoqués mercredi à partir de 9 heures pour leur convoyage.

L’inspecteur a salué ’’la promptitude’’ des enseignants et leur réaction aprés la décision des autorités de reprendre les cours le 2 juin.

’’Il faut saluer aussi l’engagement des autorités qui ont déjà mis à la disposition des enseignants les moyens de transport. Ce sont les bus de Dakar Dem Dikk qui ont convoyé les enseignants de Diourbel qui sont plus d’une centaine’’, a-t-il dit.

Yankhoba Massaly est d’avis que l’école pourrait même être une solution à l’éradication de cette pandémie.

’’Pour moi, l’école pourrait même être une solution. Si on travaille à renforcer le dispositif de prévention mais aussi l’introduction de compétences de vie, l’école pourrait aider la société à relever les défis sanitaires’’, a-t-il avancé.

À LIRE  Coronavirus : vol au-dessus de Wuhan, ville fantôme

Les autorités territoriales qui ont pris toutes les dispositions pour une reprise effective étaient aussi présentes à leur accueil.

’’Nous avons reçu quelques matériels pour les installations sanitaires dans certaines écoles. Il reste encore à faire et nous savons que les autorités territoriales sont en train de travailler d’arrache-pied pour créer les conditions de démarrage sécure’’, a indiqué l’Ief de Diourbel.

Les centres de formation professionnelle ( CFP) ont reçu beaucoup de produits de la part du ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat, a-t-il fait savoir.

APS-