Les imams et oulémas du Sénégal sont surpris par l’annonce du Chef de l’Etat de la réouverture des mosquées et lieux de culte. Aucune concertation n’a eu lieu entre les deux parties, se désole Imam Omar Diène. La situation les dépasse tout simplement.

« Nous avons appris la nouvelle comme tout le monde. Nous avons été pris de cours parce que nous vivons avec une maladie qui se propage très rapidement et qui avait demandé d’éviter les rassemblements et brusquement on voit que tout a changé, sans que nous soyons informés et ça devient une cacophonie en quelque sorte », fustige imam Diène sur Iradio.

Une cacophonie d’autant plus que les mosquées ne sont pas du tout prêtes sur le plan de la logistique pour recevoir les fidèles. Le secrétaire général de l’association des imams et oulémas du Sénégal énumère une batterie de questions qui les taraudent.

« Les mosquées ne sont pas préparées, la logistique fait défaut. Nous sommes perdus dans cette affaire, nous sommes dans une jungle et nous ne savons pas comment s’y prendre »

Malgré la réouverture des lieux de culte décidée par le président de la République, le clergé n’a pas reculé sur sa ferme décision d’interdire les messes et autres rassemblements dans les paroisses. Une posture qui lui vaut les félicitations de l’Association des imams et oulémas du Sénégal qui est d’ailleurs à l’écoute du gouvernement.

Trois semaines après l’apparition du coronavirus au Sénégal, le Chef de l’Etat décrétant l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu avait décrété la fermeture des mosquées et églises pour freiner la propagation du virus.

À LIRE  COVID-19: DES GUIDES RELIGIEUX ADHÈRENT À L’INTERDICTION DES MANIFESTATIONS PUBLIQUES