Facebook a nommé mercredi les 20 premiers membres de son conseil de surveillance indépendant qui peuvent annuler les décisions de modération de contenu du groupe américain de réseaux sociaux.

Le Conseil de surveillance sera dirigé par l’ancienne Première ministre du Danemark, Helle Thorning-Schmidt, deux spécialistes du droit constitutionnel américain, un ancien fonctionnaire de l’Organisation des États américains.

FACEBOOK SE DOTE D’UN CONSEIL DE SURVEILLANCE INDÉPENDANT 1

Au total, il sera composé de 40 personnalités représentant un large éventail de pays, de langues et d’horizons, dont la lauréate yéménite du Nobel de la Paix 2011 Kolkata Abdel-Salam Karman.

Le conseil est le premier organisme de gouvernance de l’internet du genre, alors que que Facebook a dépensé 130 millions de dollars pour financer une surveillance indépendante de ses décisions de modération de contenu.

Les membres couvrent le spectre politique et comprennent des experts juridiques ainsi que des personnes ayant des référence en tant que défenseurs des droits humains, journalistes, et dirigeants politiques.

Dans un premier temps, le conseil de surveillance examinera les publications, vidéos, photos et commentaires que la société a décidé de supprimer de Facebook ou de son site de partage de photos Instagram, mais il finira par gérer des cas relatifs au contenu. Il peut s’agir de contenu impliquant des problèmes tels que la nudité, la violence ou le discours de la haine.

Facebook a indiqué que le mandat du conseil couvrira à l’avenir des publicités, des groupes, des pages, des profils et des événements.

Les membres du conseil de surveillance se sont engagés à concilier liberté d’expression avec les autres droits de l’homme, à fonctionner de manière transparente et à représenter la diversité mondiale.

À LIRE  Covid-19: 145 nouveaux cas, LE SÉNÉGAL FRANCHIT LA BARRE DES 10.000 CAS ET DES 200 DÉCÈS

Lors d’une conférence téléphonique avec la presse avant cette annonce, les coprésidents ont qualifié leur travail de nouveau et d’expérimental et ont déclaré qu’ils s’attendaient à faire des erreurs.

“Se plaindre de la modération du contenu et des défis qui en découlent est une chose. Essayer de faire quelque chose en est une autre”, a déclaré Jamal Greene, un professeur de droit à l’université de Columbia et l’un des co-présidents.

FACEBOOK-