“DOYNA STOP à la Mendicité des Enfants au Sénégal ” s’inquiéte de la situation de mendicité des enfants Talibés en pleine crise pandémique mondiale du coronavirus ou covid19.

LETTRE OUVERTE à Monsieur Macky Sall Président de la République du Sénégal: A l’occasion de la Journée de NON-SENS nationale du Talibé
Lundi 20 Avril 2020

Monsieur le Président de la République,

Nous sommes un Collectif de fait « DOYNA STOP à la Mendicité des Enfants au Sénégal », composé de simples citoyens et d’associations de défense et de protection des enfants mendiants du Sénégal.

Ce collectif a pour unique but l’interdiction de la mendicité des enfants et afin de bien marquer notre différence avec certaines mauvaises pratiques de captation de fonds autour des enfants mendiants, nous n’acceptons aucun financement d’où qu’il vienne, nous cotisons et nous dépensons plus d’énergie que d’argent pour essayer de sensibiliser la Société, changer les consciences et les mauvaises politiques les concernant.

C’est la 3eme lettre ouverte que nous vous adressons, et nous avons déjà émis une dizaine de communiqués de presse depuis notre constitution en Collectif en 2014, dans le but que l’Etat du Sénégal prenne ses responsabilités en matière de protection de l’Enfance et respecte enfin sa signature des conventions internationales à ce sujet.

Aujourd’hui, l’inquiétude nous ronge en plein contexte de crise pandémique mondiale du coronavirus ou covid19, et nous élevons la voix, que dis-je, nous crions notre angoisse face à ce que vivent les petits enfants talibés du Sénégal, car confinés, ils n’ont pas de ressources pour survivre et s’ils mendient, ils s’exposent au danger d’être infectés et exposent aussi toute la communauté… C’est la quadrature du cercle !

Lettre ouverte au Président Macky Sall: « DOYNA STOP à la Mendicité des Enfants au Sénégal » 1

Nous avons suivi avec attention les mesures que vous avez prises en cette période de crise pandémique et nous n’avons pas vu de mesures spécifiques pour eux ! Et pourtant il en faut !

À LIRE  Saly-Portudal : Alioune Sarr évoque l’impact de la récupération des plages

QUE FAIRE ?

  • IL FAUT LES RENVOYER D’URGENCE CHEZ EUX, CHEZ LEURS PARENTS PAR TOUS LES MOYENS !
  • IL FAUT DONNER DES MOYENS À CES PARENTS SOUVENT TRÈS DÉMUNIS !
  • IL NE FAUT PAS LES CONFINER AU DAARA OU ILS RISQUENT DE MOURIR DE FAIM !

Nous sommes désespérés et déçus, car depuis des années, nous avons fait beaucoup de manifestations pacifiques à des dates symboliques comme le 16 Juin (Journée internationale de l’Enfant Africain) et le 20 novembre (Journée Internationale des Droits de l’Enfant), pour sensibiliser l’État et le peuple sénégalais sur la situation dramatique de ces enfants, mais rien n’y a fait, soit par indifférence, soit par incompétence, soit par manque de volonté politique… Allez savoir !

Lettre ouverte au Président Macky Sall: « DOYNA STOP à la Mendicité des Enfants au Sénégal » 2

Nous sommes amers, car en pleine psychose du Covid-19, nous savons bien que vous avez d’autres priorités à gérer plutôt que de ramener les talibés chez eux… Mais il faut le faire c’est IMPÉRATIF ! Cela n’a pas été fait (ou pour si peu d’entre eux, à peine 2 000 sur 100 000) depuis Juin 2016, quand vous aviez décrété solennellement leur retrait définitif de la rue, mesure salutaire aussitôt applaudie, mais non suivie d’effet depuis plus de 4 ans, nous n’allons pas revenir sur ce rendez-vous manqué pour notre pays !

Aujourd’hui, 20 avril, c’est la « journée nationale du talibé », journée qui n’a aucun sens dans ce pays où les talibés sont de véritables rebuts de la Société, les souffre-douleurs miséreux et misérables, maltraités par tous, par l’État, la Société, les parents et les soi-disant maitres coraniques, qui, souvent, pour une grande partie, ne sont que des exploiteurs et tortionnaires d’enfants déguisés sous un habit religieux !

Nous saisissons l’occasion de cette période hautement anxiogène avec ce virus virulent et dangereux, pour vous exprimer une fois de plus notre désespoir, le désarroi des associations de plus en plus dépassées par l’ampleur de leur tache d’assistance humanitaire, le malaise grandissant de la Société Civile Sénégalaise qui n’en peut plus de ravaler son impuissance tous les jours devant l’horrible spectacle de ces enfants déguenillés, couverts de plaies et de maladies, sales, affamés, à la merci de tous les prédateurs que notre pays comporte…

À LIRE  Faux médicaments: saisie d'une valeur de 100 millions de FCfa par la Douane

Monsieur le Président, il est vraiment temps de trouver une solution durable et définitive pour ces enfants que le mauvais sort, l’indifférence et la négligence de notre Etat et de notre Société tendent à déshumaniser… Ce sont des êtres humains, et de plus, des enfants souvent en bas âge !

C’est avilissant et déshonorant de laisser la situation telle quelle et nous sommes vraiment fatigués de voir cela au quotidien !

Nous nous permettons de vous interpeller car les enfants sont des êtres vulnérables qui ont besoin de la protection de l’État !

Monsieur le Président, nous vous demandons d’accélérer la cadence, d’appliquer le fast-track si cher à vos équipes, car ces enfants sont en danger et nous mettent tous en danger par la même occasion !

Nous affirmons que l’État du Sénégal est coupable de NON-ASSISTANCE à enfants en danger !

IL FAUT PUREMENT ET SIMPLEMENT INTERDIRE LA MENDICITÉ ENFANTINE DANS CE PAYS ET POUR TOUJOURS !!!

DOYNA STOP À LA MENDICITÉ DES ENFANTS !
LA PLACE D’UN ENFANT N’EST PAS DANS LA RUE !
LA PROTECTION DE L’ENFANT EST UN DROIT !

Nous comptons sur vous, Monsieur le Président, le Collectif vous remercie par avance pour toute action allant dans le sens de notre requête légitime…

Veuillez agréer Monsieur le Président de la République, nos très respectueuses salutations.

LES MEMBRES DU COLLECTIF DOYNA STOP À LA MENDICITÉ DES ENFANTS