L’Assemblée nationale du Sénégal a voté mercredi à l’unanimité le projet de loi habilitant le président sénégalais à prendre par ordonnances des mesures relevant du domaine de la loi pour faire face à la pandémie de COVID-19.

A cause du coronavirus, 33 députés étaient autorisés à assister à la plénière, en raison de la règle de la distanciation sociale à observer. Le gouvernement sénégalais était représenté par le ministre de la Justice Maître Malick Sall.

Mercredi dernier, le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de loi habilitant le président sénégalais à prendre par ordonnances des mesures relevant du domaine de la loi pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Ainsi, avec la loi d’habilitation, l’Assemblée nationale autorise la prorogation de l’état d’urgence décrété par le chef de l’Etat au-delà de la période de 12 jours à compter de son entrée en vigueur.

La loi d’habilitation génère donc des ordonnances qui sont cependant encadrées par des délais très précis, par les limites de son contenu et l’application de la procédure législative normale.

Le président sénégalais avait auparavant déclaré l’état d’urgence sur toute l’étendue du territoire dans le cadre du relèvement du niveau de la riposte contre la pandémie.

Dans sa dernière adresse à la Nation, le président Sall avait fait part de sa décision de saisir le Parlement d’un projet de loi lui permettant de prendre des mesures relevant du domaine de la loi pour une durée de trois mois.

M. Sall a, tour à tour, reçu les partis politiques (majorité et opposition), les organisations socioprofessionnelles, le patronat, des représentants des mouvements citoyens et les communicateurs traditionnels pour leur faire part des enjeux induits par la crise sanitaire née de la propagation du COVID-19.

À LIRE  Covid-19 : Les Douanes déclenchent des "Opérations spéciales" de sécurisation du marché domestique

Le nombre provisoire de cas confirmés au Sénégal s’élève à 190, avec 15 nouveaux cas enregistrés, a annoncé mercredi le porte-parole du ministère de la Santé, Alyose Waly Diouf.

Le Sénégal a enregistré mardi soir son premier décès lié au COVID-19. Il s’agit de l’ancien président du club de football de l’Olympique de Marseille, Pape Diouf.

Le Sénégal compte désormais 190 cas positifs depuis le 2 mars, dont 45 guéris et 1 mort.

Afin de contenir la propagation du COVID-19 au Sénégal, le président Macky Sall a décrété lundi soir l’état d’urgence à compter de mardi à minuit sur toute l’étendue du territoire national et un couvre-feu de 20h à 6h dans la foulée.

Selon M. Sall, tous les cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique sont interdits. Il a également ordonné la fermeture provisoire des lieux publics et de réunion, interdisant par ailleurs les réunions publiques ou privées de quelque nature que ce soit susceptibles de provoquer ou d’entretenir le désordre.

Alors que les frontières aériennes du Sénégal sont fermées depuis le 21 mars et ce jusqu’au 17 avril, la Gambie et le Sénégal ont conjointement décidé de fermer leurs frontières terrestres à partir de lundi pour 21 jours. La même mesure a été prise le 21 mars entre la Mauritanie et le Sénégal et ceci jusqu’à nouvel ordre.