À Nianing, dans le sud de Dakar, sur la côte sénégalaise, des jeunes ont décidé de combattre l’insalubrité de manière ludique. Dimanche 1er mars, ils ont lancé l’initiative “Je marque”, qui consiste à installer des “poubelles-baskets” dans les lieux publics pour inciter les habitants à y jeter leurs déchets.

Au Sénégal, sport et assainissement peuvent faire bon ménage. À Nianing, un village situé sur le littoral à plus de 100 kilomètres de Dakar, un collectif de jeunes a conçu des poubelles publiques surmontées de petits paniers de basket pour inciter, à travers le jeu, les habitants de la commune rurale à prendre l’habitude de ne pas laisser leurs déchets par terre.

“Le basket est un peu incitatif. Quand on voit un panier de basket, on a le réflexe de lancer quelque chose pour marquer un point. Pourquoi ne pas en faire des poubelles et allier plaisir de jouer et assainissement ? Quand tu passes et que tu as un plastique en main, tu peux mettre un panier au lieu de le jeter au sol. C’est un peu comme cela que l’idée a germé en 2013. Et on avait préparé une première ébauche sur papier.”

Ces poubelles d’un nouveau genre ont été posées dès dimanche 1er mars dans des lieux publics du village, comme la gare routière de Nianing. Nous voulons que ce concept soit développé partout au Sénégal

Fodé Camara, 35 ans, ressortissant de Nianing est l’initiateur de ce projet. Il explique l’avoir mené à bien avec un collectif de jeunes de la ville et grâce à leurs propres moyens financiers.

À LIRE  COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 20 MAI 2020

“Le basket est un peu incitatif. Quand on voit un panier de basket, on a le réflexe de lancer quelque chose pour marquer un point. Pourquoi ne pas en faire des poubelles et allier plaisir de jouer et assainissement ? Quand tu passes et que tu as un plastique en main, tu peux mettre un panier au lieu de le jeter au sol. C’est un peu comme cela que l’idée a germé en 2013. Et on avait préparé une première ébauche sur papier.”

Mais à la suite de l’appel du président Macky Sall de faire du Sénégal un pays propre, nous avons voulu matérialiser cette idée. À Nianing, nous avons donc fait confectionner trois “poubelles-baskets” pour marquer les esprits. C’est notre manière de contribuer à la gestion concertée du cadre de vie.

Les poubelles sont en fer avec un système de trappe avec ouverture et fermeture qui permet de récupérer les déchets par le bas. On peut les poser facilement sur les poteaux électriques.

Le 4 Janvier Macky Sall, le président sénégalais a lancé les “cleaning-day”, les journées nationales de nettoyage. Au Sénégal comme dans d’autres pays africains, le ramassage et le traitement des ordures ménagères sont un défi en témoigne par exemple la décharge à ciel ouvert de Mbeubeuss, en banlieue de Dakar qui accueille quotidiennement 2 200 tonnes d’ordures.

Nous voulons que ce concept soit développé partout au Sénégal. Surtout dans les écoles et les universités. D’ailleurs le concept a rencontré un succès auprès des populations.

“Le basket est un peu incitatif. Quand on voit un panier de basket, on a le réflexe de lancer quelque chose pour marquer un point. Pourquoi ne pas en faire des poubelles et allier plaisir de jouer et assainissement ? Quand tu passes et que tu as un plastique en main, tu peux mettre un panier au lieu de le jeter au sol. C’est un peu comme cela que l’idée a germé en 2013. Et on avait préparé une première ébauche sur papier.”

Nous voulons que l’État s’approprie ce concept. Et nous espérons que notre village Nianing en tirera une reconnaissance.

À LIRE  Covid-19: Plus de 200 nouveaux cas positifs, 4 décès au Sénégal