Baaba Maal offrira une performance acoustique exceptionnelle au Metropolitan Museum of Art de New York (États-Unis) le 12 mars prochain.

Présenté en même temps que l’exposition Sahel: Art and Empires on the Shores of the Sahara, la performance s’inscrit dans le cadre de la série de performances MetLiveArts.

Après avoir illuminé le festival AfriCourage en décembre 2019 et le Festival A Sahel Ouvert dans le Fouta, en janvier, le prix Music In Africa Honorary Award 2017 donnera un concert acoustique entrelacé d’histoires sur son enfance, son éducation et sa famille, et les légendes du Sahel.

Avec sa voix étincelante, la carrière de plusieurs décennies de la star sénégalaise a atteint de nouveaux sommets et de nouveaux publics, sur la bande originale primée des Oscars du film Black Panther.

Le specatcle de Baaba Maal se tiendra à l’auditorium Grace Rainey Rogers.

À 66 ans, ce grand ambassadeur de la culture peule et de la chanson moderne sénégalaise dans le monde s’est produit sur les plus grandes scènes au monde.

Nominé lors de la 38e édition des Grammy Awards pour son album Firin’ In Fouta dans la catégorie Best World music album, il fait aujourd’hui partie des plus grands noms de la musique africaine.

Sahel: Art and Empires on the Shores of the Sahara est la première exposition à retracer l’héritage des grands États du Sahel et ce qu’ils ont produit dans les arts visuels.

L’expo met en lumière la montée et la chute des dynasties politiques et l’arrivée de l’islam à travers quelque deux cents objets.

À LIRE  LES BIBLIOTHÉCAIRES INVITÉS À INTÉGRER LES LANGUES NATIONALES DANS LEUR TRAVAIL

Une autre représentation, toujours dans le cadre de l’exposition, mettra en vedette le chanteur malien Vieux Farka Touré, le vendredi 3 avril 2020.

Baaba Maal où un des piliers de la musique Afro sénégalaise

Né à Podor dans la province sénégalaise en 1953. Il fait partie du peuple des Haal pulaar ou Toucouleur (ceux qui parlent pulaar). Ses deux parents étaient des pêcheurs, mais sa mère chantait de temps à autre, ce qui éveilla le jeune Baaba Maal aux sonorités a capella et aussi aux valeurs décrites dans ses chansons traditionnelles.
C’est en 1974 qu’il étudie la musique à Dakar et ses goûts s’étendent aux musiciens jamaïcains tels que Bob Marley, Jimmy Cliff et Toots Hibert. Il part à Paris par la suite.

Dix ans plus tard, il retourne au Sénégal, car sa mère décède, il y restera jusqu’à nouvel ordre. Il y développe les sonorités traditionnelles, tel que le Kora, tout en y ajoutant des éléments modernes tels que la guitare électrique et des rythmes skankés. Il participe aussi au développement d’artiste local en 1985 en créant Daande Lenol (La Voix du peuple) où l’on retrouve Mansour Seck et Mbassou Niang. Notons qu’il était signé sur le label world music « Mango » de Chris Blackwell.

Il est vrai que depuis plus de 10 ans, Baaba Maal a apporté à la musique une énergie créatrice débordante en de nombreux points de vue. Allant de la redécouverte de thèmes traditionnels à l’expérimentation pure et dure de nouveaux rythmes, Baaba Maal mixe les genres.

Notons que sa renommée est d’or et déjà mondiale avec une tournée aux Etats-Unis et au Canada de plus de 34 dates.
Ses nombreux albums sont à chaque fois une réussite sur le plan mondial, ainsi sa dernière sortie « Missing You » à été acclamée à sa sortie de la même manière que ses deux précédents albums. Plus les années passent plus il semble que Baaba Maal joue un rôle prépondérant dans la représentation de la musique africaine dans le milieu du « world music ».

À LIRE  LE FESTIVAL "LES TÉRANGA’’ DÉLOCALISÉ À GANDIAYE POUR AMENER LE CINÉMA VERS LES POPULATIONS

Ses nombreuses prestations, donnent à ses live une énergie des plus chaleureuse et il faut en avoir vu au moins un pour en croire ses yeux.
Au-delà d’être musicien, Baaba Maal se caractérise aussi par ses prises de position au niveau social. Ainsi, il participe au programme de développement des Nations Unies, en tant qu’ émissaire de la jeunesse de l’UNDP.

Baaba Maal compose une musique inspirée du yela, une danse basée sur le rythme des pileuses de mil. Appartenant à l’ethnie toucouleur, il chante dans la langue des siens, le pulaar. Ses paroles rendent souvent hommage à la beauté de la femme africaine, à la richesse de la nature, à l’écrivain et historien malien Hampâté Bâ, ou évoquent les conflits ethniques ou des faits historiques.

Un artiste aux multiples facettes et à l’engagement citoyen exemplaire, Baaba Maal apparaît comme une des voix prédominantes dans l’horizon musical international africain.