Enfin un marché bio pour les populations de la Petite Côte. Une initiative du Centre de formation Keur Yakaar, avec la collaboration de l’ONG suisse Tourism For Help, qui compte organiser chaque mois une vente de produits agroalimentaires, cosmétiques et artisanaux écologiques et locaux.

Le Centre de formation Keur Yakaar est un complexe composé d’un hôtel-restaurant d’application, situé à la Somone (Sénégal), qui accueille en formation des jeunes défavorisés venant de plusieurs communautés rurales de la zone.

Chaque année, le centre forme 30 jeunes en hôtellerie – restauration et 10 en production, transformation et commercialisation de produits biologiques alimentaires (boulangerie et pâtisserie à base de farines et produits locaux, jus de fruits locaux, tisanes, compléments alimentaires et confitures) et cosmétiques bio (savons, shampoing, baumes à lèvres et huiles pour le corps).

Tous ces produits sont disponibles dans la Boutique Bio Keur Yakaar qui a été inaugurée le dimanche 01 mars, lors du premier Marché Bio Local Keur Yakaar. Les objectifs du Centre Keur Yakaar sont de former et insérer les jeunes dans la vie professionnelle et active mais également d’organiser chaque mois un marché bio afin de sensibiliser la population locale à une alimentation plus saine, contribuer à la création d’une économie solidaire et écologique et mettre en contact les petits producteurs – transformateurs – commerçants de produits bio et locaux avec des consommateurs de plus en plus responsables.

le dimanche 01 mars a eu lieu le premier Marché Bio Local au Centre de formation Keur Yakaar, avec 38 exposants, ateliers zéro déchets pour les enfants, échanges sur les thématique de l’agro-écologie et la souveraineté alimentaire et…une restauration bio sur place! A Keur Yakaar, les clients participent activement à la formation des étudiants en consommant les produits réalisés par les jeunes apprenants et les bénéfices sont intégralement reversés au profit du Centre en vue d’atteindre l’autonomisation complète du projet.

À LIRE  La crise du coronavirus doit pousser l’Afrique à prendre son indépendance

Pour eux, seule une prise de conscience et une mobilisation de tous permettront de promouvoir un modèle alternatif de développement plus respectueux des hommes et de l’environnement .