Le Sénégal a célébré ce 2 février, la journée mondiale des zones humides dont le thème cette année porte sur « Les zones humides pour un avenir urbain durable». A cet effet, le Ministère de l’Environnement du Développement Durable du Sénégal a convié les acteurs de l’environnement à un Forum scientifique sur l’importance des zones humides et le rôle qu’elles jouent dans la prévention et la gestion des risques de catastrophes.

L’occasion a été également saisie pour faire découvrir au grand public le site ornithologique du « Technopôle de Dakar » où nichent plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux dont certains ont un statut vulnérable et où malheureusement est prévue la construction d’une arène de lutte.

Le PRCM a appuyé la célébration de cet évènement qui rentre dans le cadre de ses activités de sensibilisation et de plaidoyer pour la protection des zones humides côtières. Pour rappel, il est responsable de l’animation et la coordination du plan d’actions de la MAVA portant sur les zones humides côtières en Afrique de l’ouest.

“Les zones humides nourrissent les hommes et les oiseaux qui sont des indicateurs pour la qualité de l’environnement. Ces milieux ont un rôle important à jouer en termes d’alimentation des populations mais également, les zones humides constituent un réceptacle des eaux pluviales. Aujourd’hui le site est préservé”

La conjugaison des efforts de plusieurs acteurs a permis de préserver le technopole, une zone humide située entre les départements de Pikine et Guédiawaye, dans la grande banlieue de Dakar, a assuré, le président de l’association action citoyenne.

“Il a fallu que les acteurs se réunissent pour qu’aujourd’hui, on puisse avoir cette possibilité de préserver ce technopole parce qu’il fut un temps où ce site était envahi par les ordures ménagères mais aussi par des promoteurs privés qui avaient eux aussi envahi le technopole à la recherche des espaces pour y ériger des infrastructures”, a-t-il indiqué.

À LIRE  Sénégal: Saisie d’un lot de faux médicaments d’une valeur de 91 millions de francs Cfa

M. Hanne s’exprimait samedi en marge de la célébration au technopole à Pikine de la Journée mondiale des zones humides (JMZH), axée cette année, sur le thème : “Les zones humides pour une gestion durable des ressources naturelles”.

“Les zones humides nourrissent les hommes et les oiseaux qui sont des indicateurs pour la qualité de l’environnement. Ces milieux ont un rôle important à jouer en termes d’alimentation des populations mais également, les zones humides constituent un réceptacle des eaux pluviales. Aujourd’hui le site est préservé”, a-t-il expliqué.

“Il a fallu que les acteurs se réunissent pour qu’aujourd’hui, on puisse avoir cette possibilité de préserver ce technopole parce qu’il fut un temps où ce site était envahi par les ordures ménagères mais aussi par des promoteurs privés qui avaient eux aussi envahi le technopole à la recherche des espaces pour y ériger des infrastructures”

“Lorsque vous entrez maintenant dans le technopole, vous êtes filtrés à l’entrée. Ça montre qu’il y a une amélioration significative par rapport à la préservation du site même s’il y a encore des efforts à faire dans ce sens”, a-t-il fait savoir.

Selon lui leur combat va continuer contre les personnes qui continuent de vouloir agresser et l’Etat prendra ses responsabilités pour la préservation du technopôle.

“Aujourd’hui, si vous entrez dans le technopole, vous avez la joie de vivre”, a encore dit le président de l’association action citoyenne.

Des maraîchers, des pêcheurs, ainsi que les populations périphériques de la réserve urbaine ont été lors de cette manifestation, sensibilisés sur les dangers liés aux pesticides sur la biodiversité, et le maraîchage.

À LIRE  COVID-19: DES CHERCHEURS DÉCONSEILLENT VIVEMENT LE MÉLANGE JAVEL-VINAIGRE