« Le tourisme en Afrique est un géant endormi qui se réveille ». Cette phrase a été prononcée jeudi dernier par le secrétaire général de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), le géorgien Zurab Pololikashvili, lors de l’ouverture de la onzième édition du Forum sur l’Investissement et les Affaires Touristiques en Afrique, INVESTOUR.

La présence des pays africains au FITUR augmente chaque année, attirés par INVESTOUR, le Forum qu’a créé Casa África il y a onze ans, et pour s’imprégner du savoir-faire des secteurs public et privé espagnols en matière de gestion touristique en tant qu’outil fondamental pour le développement économique durable.

Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi" 1

Directeur Général de Casa Africa

José Segura Clavell, Directeur Général de la CASA AFRICA , nous fait part de sa participation au salon Fitur:

La onzième édition du Forum sur l’Investissement et les Affaires Touristiques en Afrique, INVESTOUR, est la rencontre annuelle avec le tourisme en Afrique dans le cadre de FITUR, une rencontre qui est née comme une idée et une proposition de Casa Africa et qui, onze éditions plus tard, a été consolidée comme le plus important forum international sur le tourisme en Afrique dans le monde.

Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi" 2
Île de Gorée
Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi" 3

Les grandes figures du tourisme en Afrique sont encore rares. Pour donner l’exemple le plus parlant, l’ensemble du continent africain (y compris l’Égypte, qui n’apparaît généralement pas dans les statistiques de l’OMT comme une destination africaine), a réussi à atteindre le chiffre de 80 millions de touristes en 2019. Un continent de 1,2 milliard d’habitants.

Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi" 4

“Le tourisme créera jusqu’à 3,8 millions d’emplois directs en Afrique au cours de la prochaine décennie, et l’on suppose que chaque emploi direct génère un ou deux emplois indirects en Afrique”.

l’Espagne, qui compte 47 millions d’habitants, a accueilli la même année 83 millions de visiteurs, soit plus que le continent tout entier réuni. Cependant, malgré son éloignement, le dynamisme du tourisme africain est exceptionnel, et ses chiffres de croissance annuelle sont deux fois plus élevés que la moyenne de la planète.

Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi" 5
Lac Rose

C’est précisément pour cette raison, étant donné que notre pays est une puissance mondiale dans le domaine du tourisme et parce qu’il accueille ce point de rencontre du secteur, que la présence officielle de délégations africaines à Madrid augmente d’année en année. Cette année, à FITUR, il y avait pour la première fois un pavillon entier, le numéro 1, consacré exclusivement aux pays d’Afrique subsaharienne. Jusqu’à 35 pays africains se sont engagés à être présents à Madrid. En fait, tous n’ont pas pu s’y installer, et deux ou trois pays supplémentaires ont donc dû trouver place dans le pavillon adjacent. Un succès sans précédent.

À LIRE  L’Europe et l’Afrique après COVID-19: il est temps d’ajouter de la taille, de l’échelle et de la vitesse
Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi" 6

Lors de la conférence INVESTOUR, ce forum promu par Casa África en collaboration avec FITUR et l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), la seule agence des Nations Unies ayant son siège en Espagne, nous avons eu la participation de 28 délégations de haut niveau (composées soit du Ministre du Tourisme, soit d’un Secrétaire d’État), dans une édition où le tourisme rural et son potentiel en tant que pôle de développement économique pour les pays africains ont été les protagonistes.

Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi" 7

L’Espagne est consciente du potentiel de ce forum que nous promouvons. Pour la deuxième année consécutive, la ministre de l’Industrie, du Tourisme et du Commerce, Reyes Maroto, l’a inscrit à son agenda lors des journées de FITUR, consciente qu’il n’est pas habituel de pouvoir s’entretenir avec une vingtaine de ministres. Le président du comité exécutif de l’IFEMA, Eduardo López Puertas, n’a pas hésité à qualifier la réunion que nous avons organisée de “grande plaque tournante des destinations africaines dans le monde”. Dans les moments qui précèdent et suivent l’inauguration, les contacts bilatéraux sont déjà monnaie courante. De plus, l’Espagne a un espace pour présenter aux pays africains comment nous pouvons leur être utiles, à quoi nous pouvons collaborer.

“Nous sommes fiers qu’un événement international de cette importance pour l’Afrique se déroule dans notre pays et nous voulons continuer à compter sur lui dans les années à venir”, a déclaré la ministre Maroto, qui a rappelé que le tourisme est un secteur de plus en plus important dans l’économie mondiale et que son importance va croissant pour les pays africains, où “il est fondamental pour le renforcement des classes moyennes et l’autonomisation des femmes africaines”.

Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi" 8

À FITUR, les pays africains sont à la recherche de contacts et d’exemples pour les inspirer. Cette année, par exemple, l’Espagne a présenté ses Paradors comme un produit qui montre aux pays africains comment tirer le meilleur parti des anciens bâtiments du patrimoine national qui, une fois réhabilités et exploités comme des hôtels de luxe, sont capables de revitaliser toute une région et de générer des emplois directs et, dans une large mesure, indirects.

Aux Canaries, nous le savons, avec les Paradors de San Sebastián de La Gomera, Tejeda, el Teide, La Palma et el Hierro.
En outre, nous avons orienté cette rencontre professionnelle, en façonnant les tables et les thèmes qui sont abordés, dans le développement durable, dans la nécessité de parier sur des modèles touristiques qui soient exemplaires par l’impact positif qu’ils ont sur le paysage dans lequel ils sont insérés et sur la société qui les entoure.

À LIRE  Le Sénégal signe un accord de financement avec l’Allemagne et le fonds vert pour le climat
Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi" 9
La lutte avec Frappe

Le Secrétaire d’État aux Affaires Étrangères, Fernando Valenzuela, également présent lors de l’inauguration d’INVESTOUR, est allé plus loin dans ce sens. Le tourisme créera jusqu’à 3,8 millions d’emplois directs en Afrique au cours de la prochaine décennie, et l’on suppose que chaque emploi direct génère un ou deux emplois indirects en Afrique. Sur le plan politique, les décisions prises par l’Union africaine ouvrent la voie à ce géant en éveil : la création de la grande zone de libre-échange continentale africaine (African Continental Free Trade Area –AfCFTA-), ou la politique de ciel ouvert, qui améliorera la connectivité entre les pays africains en facilitant la mise en place de nouvelles routes et compagnies aériennes, en témoignent.

Depuis les îles Canaries, nous constatons que les entreprises sont de plus en plus conscientes du potentiel commercial qui s’offre à elles. Et les pays voisins nous recherchent, conscients qu’ils ne viennent pas pour concurrencer une destination consolidée, sûre et stable qui atteint 15 millions de touristes chaque année.

“Ils nous considèrent comme des alliés, même pour établir des forfaits qui peuvent amener des touristes, basés principalement sur les îles, à faire des voyages de trois ou quatre jours dans une enclave africaine. En raison de nos connexions de plus en plus performantes avec les destinations africaines, ce n’est pas une utopie”.

Le tourisme sur le continent africain va se développer, et beaucoup. Et il le fera avec ou sans nous et nos entreprises.
Je ne doute pas que nous devions l’entendre ainsi, que nous devions profiter, accompagner et, pourquoi pas, bénéficier du potentiel de nos pays voisins pour créer des expériences touristiques uniques, basées sur cette façon simple et unique de vivre et de connaître une culture, une gastronomie et un paysage privilégié si différents au nôtre. Montrons le chemin à ce géant endormi qui vient de se réveiller, car l’amélioration de l’Afrique sera toujours notre amélioration.

Texte réalisé par le Directeur Général de Casa Africa – Las Palmas- îles Canaries

http://www.casafrica.es/