les défis en Afrique à l’Horizon 2030 sont les moyens d’assainissement de l’eau. L’Association africaine de l’eau (AAE) fonctionne comme “une force de propositions” à la disposition des gouvernements africains afin qu’en 2030, l’Afrique puisse enregistrer des résultats dans l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, a indiqué, mercredi, à Dakar, son vice-président, le Sénégalais Lansana Gagny Sakho.

“Il s’agit d’identifier d’abord les problématiques liées à cet accès à l’eau et l’assainissement sur le continent, puis de proposer des solutions concrètes pour l’atteinte des ODD”, a expliqué M. Sakho, par ailleurs directeur général de l’Office national de l’assainissement au Sénégal (ONAS).

Eau et Assainissement: L’ASSOCIATION AFRICAINE DE L’EAU SE VEUT "UNE FORCE DE PROPOSITIONS POUR L’ATTEINTE DES ODD’’ 1
Lansana Gagny Sakho. Directeur Genéral ONAS.

“Il faut, à un moment donné, s’arrêter, pour évaluer le chemin parcouru et se pencher sur les problématiques d’accès à l’eau potable”, a-t-il indiqué à des journalistes, en marge d’un séminaire sous-régional de partage d’expériences sur les bonnes pratiques.

A l’initiative du comité Sénégal de l’Association africaine de l’eau (AAE), cette rencontrait portait sur “les défis de l’accès à l’eau et l’assainissement en Afrique horizon 2030”.

Selon Lansana Gagny Sakho, l’un des objectifs de cette rencontre, consiste à “voir comment travailler avec cette association qui et une force de propositions pour les gouvernements africains pour qu’en 2030, l’Afrique puisse avancer dans les ODD”, les Objectifs de développement durable des Nations unies.

EAU: Enjeux de l’assainissement autonome dans l’atteinte des ODD en Afrique de l’ouest


La réflexion sur la place de l’assainissement autonome dans le
secteur de l’assainissement et les mutations y afférant sont en cours dans plusieurs pays. Les aspects économiques de création de valeur ajoutée et la valorisation des sous-produits ont également été des critères déterminants pour conforter le choix de certains pays en faveur de cette approche.

À LIRE  RÉCEPTION 2ÈME AVION AIRBUS 330 NÉO: MACKY SALL INVITE AUX OFFICIELS SÉNÉGALAIS A VOYAGER À BORD D’AIR SÉNÉGAL

Chaque panéliste axera sa présentation sur les grands défis de l’assainissement dans son pays. Un accent particulier sera mis sur les initiatives portant sur l’assainissement autonome notamment son financement, l’implication du secteur privé et ses résultats et les perspectives de développement.
Les partenaires techniques et financiers donneront un aperçu sur les mécanismes qui sont mis en place pour accompagner le développement de l’assainissement autonome en Afrique.
Le modérateur fera la synthèse des points de discussions qui
constituera la déclaration de Dakar sur la place de l’assainissement
autonome dans l’économie des pays ouest africains.

“Pour ce faire, il faut une situation de référence pour arriver à l’atteinte des ODD”, notamment en apportant des réponses à “deux défis majeurs”, parmi lesquels la problématique de la démographie.

“Les Etats n’ont pas les moyens pour financer” le gap en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement. “Il faut une forte implication du secteur privé dans l’exécution des projets mais également pour le financement des projets, et ainsi tout mettre en cohérence pour que l’AAE puisse définir des lignes d’ensemble pour l’atteinte des ODD”, a préconisé le vice-président de l’Association africaine de l’eau.

Selon lui, c’est en ce sens que cet atelier “est essentiel en définissant une feuille de route pour l’Afrique de l’Ouest”, afin que les pays concernés puissent “avoir des pistes de solutions et des approches communes pour l’atteinte des ODD”.

“Cette feuille de route doit être adoptée par l’AAE, car il est certain que les pratiques faites depuis 20 ans, n’ayant jamais donné de résultats probants, ont besoin d’être réaménagées”, a conclu M. Sakho.

EAU: Les défis de l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) En Afrique dans le secteur de l’eau et de l’assainissement.

En 2015, 91 % de la population mondiale disposait d’une source améliorée d’eau potable, soit un résultat au-delà des 88 % fixés par l’objectif du Millénaire pour le développement. Toutefois, plus de 660 millions de personnes n’ont toujours pas accès à une eau salubre et la majorité d’entre elles vit dans des régions rurales, essentiellement en Afrique Subsaharienne.

À LIRE  Covid-19 : le Sénégal compte produire de nouveaux kits rapides de dépistage

Enjeux du secteur de l’eau & De l’assainissement avec la vision 2030-2050

L’accès à l’eau et à l’assainissement n’est plus aujourd’hui qu’une question de fourniture de service, mais bel et bien un enjeu intimement lié au changement climatique, à la gestion des ressources hydriques ainsi qu’à la pénurie et à la qualité de l’eau.
Dans ce cadre, l’ODD n° 6 traite de la gestion de l’eau au-delà de la simple fourniture d’eau potable et d’installations d’assainissement (cibles 6.1 et 6.2) pour l’inscrire plus globalement dans un cadre qui couvre la qualité de l’eau et le traitement des eaux usées, la pénurie d’eau et son usage efficace, la gestion des ressources hydriques ainsi que la protection et la restauration des écosystèmes liés à l’eau.
A cet effet, la troisième thématique portera sur les enjeux du secteur de l’eau et de l’assainissement avec la vision 2050 et surtout le lien avec l’économie circulaire avec en filigrane la problématique de son financement.
Chaque panéliste présentera la situation de références dans son pays et les initiatives prises pour prendre en charge cette problématique.

Les Objectifs du millénaire pour le développement visaient une réduction de moitié de la population qui n’avait pas accès à l’eau et à l’assainissement. L’ODD 6 va plus loin et vise en partie un accès universel et équitable à l’eau potable.