La banque de développement allemande KfW Development Bank a octroyé un financement supplémentaire de près de 20 milliards de FCfa à African Guarantee Fund. Cet accroissement de son capital devrait propulser les efforts de la principale institution de garantie en Afrique, de permettre aux PME africaines de continuer à jouer un rôle essentiel dans la croissance des économies africaines au travers leur inclusion financière.

African Guarantee Fund (Agf) annonce avoir reçu un financement supplémentaire de 33 millions de dollars (près de 20 milliards de FCfa), de la banque de développement allemande KfW Development Bank, indique un communiqué. Cet accroissement de son capital devrait propulser les efforts d’AGF, la principale institution de garantie en Afrique, dans l’accomplissement de sa mission, c’est-à-dire permettre aux PME africaines de continuer à jouer un rôle essentiel dans la croissance des économies africaines au travers leur inclusion financière en particulier.

«Cette augmentation de capital contribuera grandement à maintenir notre impact positif sur le continent. Jusqu’à présent, nous avons cumulativement émis plus de 1 milliard de dollars de garanties, mettant à disposition environ 1,7 milliard de dollars pour le financement des PME par le biais de nos institutions financières partenaires, conduisant ainsi à la création de plus de 100 000 emplois supplémentaires », a déclaré Felix Bikpo, directeur général du groupe African Guarantee Fund, cité dans le communiqué.

Selon le document, ce nouveau financement intervient à un moment où le secteur des PME du continent est considéré comme un moteur clé de la croissance africaine, plaçant désormais African Guarantee Fund, comme l’institution championne qui facilite l’accès aux financements pour les PME à travers le continent.

À LIRE  Marché financier Uemoa : Le Sénégal lève 164 milliards Fcfa

D’après le communiqué, African Guarantee Fund demeure focalisée sur son objectif consistant à fournir des garanties financières à plus de 10 000 PME chaque année par le biais des institutions financières partenaires et, par ricochet, de permettre la création 30 000 emplois par an.

D’après le communiqué, sur les 20 000 PME africaines de divers secteurs économiques qui ont bénéficié des garanties African Guarantee Fund, 60 % de ces entreprises sont détenues par des entrepreneurs jeunes, un segment démographique aujourd’hui majoritaire dans la population de l’Afrique, tandis que 30 % des PME sont dirigées par des femmes.

Ces deux sous groupes de la population ont un impact réel sur les économies africaines, ce qui suscite la fierté de l’institution. « Notre expérience à travers l’Afrique nous a montré que les femmes du continent sont des entrepreneures tenaces, même si elles sont confrontées à un déficit de financement de 42 milliards de dollars. Cette augmentation de capital de KfW sera essentiellement utilisée pour accroître le financement des entreprises détenues ou dirigées par des femmes. A cela, s’ajoute notre partenariat avec la Banque africaine de développement (Bad) par le biais de l’Affirmative Finance Action for Women in Africa (AFAWA), qui a actuellement un engagement de 251 millions de dollars des pays du G7 », a ajouté M. Bikpo.


African Guarantee Fund a été fondé par le gouvernement du Danemark, par le biais de l’Agence danoise de développement international, le gouvernement d’Espagne, par le biais de l’Agence espagnole de coopération et de développement internationaux, et la BAD.

L’institution de garantie est présentée comme un établissement financier et non bancaire, dont l’objectif est de promouvoir le développement économique, de favoriser la création d’emplois et de réduire la pauvreté en Afrique en fournissant aux institutions financières des produits de garantie et un appui au renforcement des capacités spécifiques aux PME en Afrique.

À LIRE  Amadou Hott plaide auprès du G20 pour la mobilisation de ressources additionnelles à hauteur de 300 Mds de dollars pour l’Afrique

Les autres actionnaires de l’AGF sont l’Agence française de développement, le Fonds nordique de développement, le Fonds d’investissement pour les pays en développement et la banque de développement KfW.