Le ministre du Pétrole et de l’Energie, Mouhamadou Makhtar Cissé, a officiellement lancé mardi, les travaux de la phase d’exploitation du champ pétrolier Sangomar en contresignant la décision finale d’investissement présentée par les membres de la joint-venture.

Le champ pétrolier Sangomar produira dans sa phase 1 un total de 230 millions de barils avec une production journalière estimée à 100 000 barils par jour. La production effective se fera, selon le ministre en 2023, année où le premier baril est attendu.

L’Etat du Sénégal, conformément à la réglementation en vigueur, a accordé une Autorisation d’Exploitation pour le développement du champ de Sangomar. Cette Autorisation marque le début de l’exécution de la phase 1 de développement du champ de Sangomar avant d’aboutir à une production à compter de début 2023.

Découverte en 2014, le champ Sangomar a fait l’objet d’intenses études technico-économiques en vue de l’optimisation du concept utilisé pour son développement. Ces études ont donné lieu à la soumission, par l’association de Contractants constituée de PETROSEN, Woodside, Capricorn (Cairn) et FAR, d’un plan de développement et d’exploitation des réservoirs du champ.

Après contre-expertise, le gouvernement du Sénégal a approuvé le plan de développement et d’exploitation du champ Sangomar situé dans le bloc Sangomar Deep Offshore.

A titre d’information, le concept de développement de Sangomar est constitué d’une plateforme de production flottante (FPSO en anglais), d’un ensemble de 23 puits et des installations sous-marines. Le FPSO, qui peut soutenir une production d’environ 100 000 barils/jour de pétrole et une capacité de stockage de 2 millions barrils. Il traitera le pétrole avant qu’il ne soit envoyé à la SAR et sur le marché international.

À LIRE  «AU SÉNÉGAL, 65% DES ENTREPRISES SONT AFFECTÉES PAR LA CRISE DE COVID-19»

Le FPSO servira également à la mise en œuvre des futures phases potentielles de développement, y compris l’exportation de gaz à terre et de futurs raccordements d’autres champs qui seront mis en production.

La co-entreprise « RSSD » comprend PETROSEN, Woodside Energy (Sénégal) B.V., Capricorn Senegal Limited (une filiale de Cairn Energy PLC) et Far Ltd.

Ainsi donc, après le projet gazier GTA (Sénégal – Mauritanie), Sangomar est le deuxième projet de développement à entrer en phase de construction.

Le champ pétrolier Sangomar produira dans sa phase 1 un total de 230 millions de barils avec une production journalière estimée à 100 000 barils par jour. La production effective se fera, selon le ministre en 2023, année où le premier baril est attendu.