Jusqu’à 10% d’augmentation pour les tarifs de l’électricité. C’est la mesure qui agite les citoyens sénégalais, depuis début décembre 2019.

Une troisième marche de protestation était organisée, ce vendredi 10 janvier, à Dakar et dans plusieurs villes du pays par le collectif citoyen Noo Lank, soutenu par une partie de l’opposition sénégalaise.

Les manifestants comptent dénoncer une nouvelle fois la cherté du prix de l’électricité.

Vendredi matin déjà, les leaders dudit collectif annonçaient la couleur en assurant qu’avec ou sans autorisation, la marche se ferait pour protester contre la hausse du prix de l’électricité, car ayant déposé tous les papiers nécessaires depuis le 26 décembre 2019.

La Senelec – Société nationale d’électricité – a augmenté ses prix pour financer notamment le développement de son réseau. « Noo Lank » se traduit, en wolof, par « Nous refusons ». Le message s’affichait ainsi sur les banderoles de même que s’affichaient les tee-shirts verts et blancs des centaines de manifestants sortis protester, ce vendredi 10 janvier, sur la place de la Nation, à Dakar. Cette mobilisation entend se poursuivre jusqu’à ce que les tarifs de l’électricité soient revus à la baisse.

La fédération des boulangers ainsi que des syndicats de travailleurs s’étaient d’ailleurs joints au cortège. Tous ont appelé à la libération de plusieurs militants, arrêtés fin novembre, alors qu’ils protestaient eux-aussi contre les nouveaux tarifs de la Senelec.

Ce vendredi, la manifestation ne se fera pas seulement à Dakar. Le mouvement d’humeur sera décentralisé à l’intérieur du pays, notamment dans des régions comme Thiès, Fatick ou Kolda.

À LIRE  Le Japon fait un don de 2,4 milliards au Centre de formation CFPT