La lutte sénégalaise a prêté ses services à un lutteur nigérien, qui est resté en immersion dans l’écurie Ngoundiane de Dakar pendant cinq mois pour préparer le championnat national appelé “Sabre national”.

A l’image des champions de lutte avec frappe du Sénégal qui migrent aux Etats Unis d’Amérique et en Europe pour se préparer, le champion de lutte traditionnel nigérien, Tassiou Sani de Zinder, a choisi l’écurie Ngoundiane pour la 41-ème édition du Sabre national qui a pris fin, dimanche, a expliqué Ndiack Sarr, responsable technique de l’écurie.

“C’est un de ses compatriotes qui travaillent souvent avec nous, qui nous l’a recommandé et nous avons mis sur pied un plan de travail qui a duré cinq mois”, a relaté Ndiack Sarr.

‘’C’est un lutteur très fort et avec de grandes qualités techniques et nous sommes fiers qu’il ait choisi notre écurie pour peaufiner sa préparation dans cette compétition’’, explique le technicien sénégalais.

Ndiack Sarr qui se dit heureux de cette collaboration, souligne qu’elle prouve la qualité de la lutte sénégalaise sur le continent. “Nous avons bossé sur la musculation et les techniques pures de lutte, il a beaucoup travaillé sur du sable”, a-t-il rappelé.

“En travaillant sur le sable, cela devrait lui permettre d’être plus à l’aise sur toutes les autres surfaces”, a estimé le technicien sénégalais, précisant que son poulain a perdu la finale par manque de chance.

Le protégé de l’écurie Ngoudiane a perdu dimanche la finale du Sabre d’or face à Ousmane Hassane de Tillabéri qui, selon les médias nigériens, ‘’vient d’inscrire son nom en lettres d’or sur le palmarès des grandes écuries de lutte traditionnelle au Niger, grâce à ce sacre’’.

À LIRE  LA TERANGA, L'HOSPITALITÉ SÉNÉGALAISE

“Cette finale, après 10 jours de compétitions, l’a opposé à un autre poids lourd de la lutte traditionnelle, à savoir Tassiou Sani de Zinder”, écrivent les mêmes médias, estimant que “la victoire est sans réserve”.

Au titre des récompenses, l’Etat du Niger a offert une enveloppe de dix millions de francs au champion national, cinq millions au vice-champion et beaucoup d’autres présents en espèce et en nature, offerts à tous ces champions, à titre individuel, par des particuliers, ajoute la presse nigérienne. APS-