Au total, 1,7 million de touristes étrangers ont visité le Sénégal en 2019, relève le ministre du Tourisme et des transports aériens Alioune Sarr, dans le troisième numéro du magazine ’’SkyDakar’’, édité par l’Aéroport international Dakar Blaise Diagne de Diass.

’’1,7 million de touristes étrangers sont venus au Sénégal cette année’’, indique Alioune Sarr, dans une interview accordée à ’’SkyDakar’’ dans son numéro de décembre.

Le Sénégal table sur ‘’5 millions (de touristes) à horizon 2023-2025’’, poursuit-il, ajoutant que le gouvernement met tout en œuvre pour atteindre cet objectif ‘’ambitieux’’.

Le gouvernement y associe tous les acteurs liés aux différents segments du secteur. Lors du récent salon du tourisme de Paris, 47 patrons avaient voyagé avec la délégation ministérielle, rappelle t-il.

Selon Alioune Sarr, ‘’les Français représentent 7,5 % de l’ensemble des touristes étrangers qui viennent au Sénégal’’.

Il souligne la nécessité de ‘’consolider’’ les acquis du Sénégal et de ‘’conquérir de belles parts de marché’’. Le ministre du Tourisme a signé des conventions de partenariat, lors de ce salon du tourisme à Paris en octobre dernier, et a mis en place un plan d’action précis qui accroît le nombre de touristes et privilégie la destination Sénégal.

En plus du tourisme balnéaire, qui n’est ‘’pas la seule offre du Sénégal’’, le Sénégal peut compter sur le tourisme d’affaires, qui ‘’positionne clairement le pays comme une destination capable d’accueillir les plus grands évènements mondiaux, qu’ils soient sportifs ou économiques’’.

Le Sénégal accueillera plus de 4 000 athlètes et autant d’officiels lors des Jeux olympiques de la jeunesse, en 2022, a-t-il noté à titre d’exemple.

À LIRE  TRANSPORT AERIEN : Air Sénégal ouvre la ligne Dakar-Genève à partir du 18 juin

Le pays présente aussi une offre diversifiée en termes de tourisme culturel et mémoriel, avec le Musée des civilisations noires de Dakar ou l’île de Gorée.

Le delta du Sine-Saloum, une des ‘’44 plus belles baies du monde’’, est une zone précurseur sur l’écotourisme, note-t-il encore, non sans souligner l’importance de promouvoir le ‘’tourisme éthique et responsable, qui permet aux populations de devenir des actrices du secteur touristique et non pas des victimes du tourisme’’.