L’esplanade de la Grande Mosquée de la capitale sénégalaise a abrité, samedi, la cérémonie d’ouverture de la 39è édition des “Journées culturelles islamiques”, un événement initié par la Coordination Tijane de Dakar, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, et la présidence d’honneur du chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall.


La cérémonie d’ouverture de ce grand rassemblement religieux de deux jours a été marqué par la participation d’une délégation marocaine de haut niveau, conduite par le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Taoufiq et comprenant notamment l’ambassadeur du Maroc à Dakar, Taleb Barrada, Mohammed Lmaalma, directeur des affaires administratives et de la coopération au ministère des Habous et des Affaires islamiques, Abdellatif Beghdouri Achkari, haut responsable de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, Mohammed Fakir Tamsamani, doyen de la faculté de théologie de Tétouan, Saad Assebban, juge et Mme Aicha Rebbay, responsable à la Fondation Mohammed VI des oulémas africains.

A l’entame de cette manifestation, le président de la coordination des tidianes de Dakar, Hadj Tidiane Gaye a invité l’assistance à élever des prières au Très-Haut L’implorant de préserver SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, de Lui accorder santé et longue vie et de combler le Souverain en les personnes de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid et de l’ensemble des membres de l’illustre Famille Royale.

S’exprimant à cette occasion, M. Taoufiq a indiqué que “la Tariqa tijania est un héritage commun que nous avons hérité de père en fils, ce qui a permis de raffermir les liens de fraternité entre les peuples marocain et sénégalais”, notant que ces relations sont entretenues aujourd’hui par les deux chefs d’Etat, SM le Roi Mohammed VI et Son frère le président de la République du Sénégal, Macky Sall.

À LIRE  Exposition de Fodé Sidibé, inspiration des contes d’Amadou Koumba

Ces valeurs véhiculées par le soufisme représentent un patrimoine immatériel qui doit être investi à bon escient à travers l’enracinement des valeurs de citoyenneté, de civisme, de consécration des liens familiaux, de vivre ensemble, de cohabitation entre les différentes religions et de consolidation de la paix, de la sécurité et de la stabilité, a-t-il poursuivi.

“Il urge ainsi pour les médias et l’école de faire la promotion de ce patrimoine immatériel qu’est le soufisme et le présenter à la jeunesse comme modèle pour vaincre l’égoïsme et pour la responsabilisation des citoyens”, a-t-il ajouté.